Vous êtes ici

Tubiret - Les étudiants réclament de meilleures conditions de vie

Comme chaque rentrée universitaire, celle de cette année n'a pas dérogé à la règle, l'université Akli-Mohand-Oulhadj de Bouira démarre avec un mouvement de grève généralisée des étudiants ; celamême si celle-ci est initiée par un seul syndicat en l'occurrence l'Ugel. Il est vrai que les points soulevés concernent pratiquement tous les étudiants puisque ce syndicat énumère un certain nombre de problèmes à prendre en charge en urgence comme l'amélioration des conditions de vie dans les résidences, la surcharge dans les chambres, l'insécurité à cause du manque d'agents et de gardiens en nombre suffisant, le transport universitaire à améliorer et l'ouverture de nouvelles lignes vers Oued El Berdi, El Mokrani, Ath Laâziz et Aïn Turck, et enfin, la demande pressante pour la fermeture de la résidence des 140 logements pour garçons, qui est appelée par les étudiants «Guantanamo»avec tout ce que cela porte comme symbole sinistre, etc.

Cela étant, rappelons que cette plateforme soulevée par l'Ugelet qui n'a pas trouvé d'écho pour le moment, est appuyée par l'ensemble des étudiants avec une grève générale et le gel des rattrapages pour la deuxième journée consécutive . Rappelons que l'université Akli-Mohand-Oulhadj a enregistré pour cette année universitaire quelque 4 000 nouveaux étudiants qui viendront s'ajouter aux 24 000 existants et qui suivent leurs études au niveau des six facultés et un institut, disponibles.

Y. Y.

Source: 
Le Soir d'Algérie
Date: 
2017-09-13
Rubriques: 

Commentaires

.
LES ÉTUDIANTS DOIVENT DONNER LE « LA » !
.
Comme par le passé, les mouvements de protestation commencent dans les Universités. C’est là que la fronde « révolutionnaire » doit être organisée pour l’arrimer aux exemples déjà enclenchés à travers le monde. Car chaque pays a ses traditions de lutte, d’organisation de la contestation, donc les endroits précis, les symboliques respectives, les slogans porteurs, les mots d’ordre rassembleurs, les dynamiques unitaires, la mécanique catalisatrtrice, etc. Comme chaque pays a son » imaginaire national l », chaque région à son imaginaire régional, communautaire, construit au fil de de l’histoire longue. Bien sur, il n’y’a rien à attendre des alliés et supplétifs des Généraux mafio-criminels au pouvoir, de ces faux-opposants, de ces extrémistes de tous bords. On l’a bien vu avec le fiasco des manifs d’Alger, au début 2011. Donc, d’abord faire en sorte que les extrémistes (et) alliés du Régime militaro-mafieux soient isolés, car ils exercent un “ effet repoussoir, dissuasif ”, la population ne les suivra pas. Nous avons eu la preuve le 12 , 19 & 26 Février 2011 ! Il faut absolument que des opposants vraiment oppositionnel (très rares) organisent une rencontre (à l’étranger s’il le faut) au plus vite, pour sauver le pays, donc enclencher le « mouvement de protestation pacifique » qui constituera le début d'un soulèvement qui appellera au départ des Généraux criminels et sanguinaires qui règnent sans partage, par la force répressive, les manipulations, les provocations, les massacres de masse , les assassinats politiques et autres crimes contre l’humanité…..Il faut faire un appel ici même, trouver la formule appropriée, le déclic, le déclencheur. Alors, trouvons quelque chose qui pourra nous unir pour déclencher ensemble le mouvement tant attendu. Il y’a une telle frustration aux sein des masses que ça ne peut durer…. Marches, sit-in, meetings, rencontres, toutes les formes de luttes nécessaires. Une pression internationale pour obtenir le “ gel des avoirs des Généraux ”, l’interdiction de voyager, l’embargo sur les armes et les survols aériens, etc., et., mettre la pression maximale sur les Généraux harkis et traitres qui tuent le pays et sa population pendant des décennies déjà. Le Régime repose sur un « trépied » : la Police politique, le Commandement militaire, les Clans rivaux. C’est tout ça qui doit dégager . Le Régime en général et en particulier, la face apparente (Présidence & Gouvernement) et la face cachée (Police politique), le Clan de l’ex-MALG (Boutef-Koudjetti & cie) et le néo-MALG/SM-DRS (Nezzar-Djebbbar-Mediene-etc.), les Organes de répression en général, tous les Clans militaro-mafieux….

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.