Vous êtes ici

La contestation kabyle au pied du mur

« Pouvoir assassin ! Kabylie indépendante ! » La manifestation organisée, hier à Tizi-Ouzou, par le MAK (Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie) n’a pas drainé les grandes foules. Malgré la hargne d’un millier de jeunes militants contre « le pouvoir colonial algérien », l’élan des dernières années semble brisé. En cause, une crise interne qui a abouti à une scission dans le mouvement indépendantiste.

« La ligne politique n’est pas clair. Le manque de démocratie interne, le choc des egos et les manipulations des agents infiltrés ont fait le reste pour cultiver les désillusions » révèle un cadre dissident. Pour réduire la Kabylie, en rébellion permanente contre le pouvoir central, le président Bouteflika avait plusieurs fers au feu. Dès son arrivée au pouvoir en 1999, il avait annoncé la couleur : « votre revendication est une baudruche que je vais dégonfler. Le berbère ne sera jamais langue officielle ! » Après la sanglante répression du printemps 2001 qui avait fait 128 morts et des centaines de blessés, il a fini par introduire la langue berbère dans la constitution, en renvoyant aux calendes grecques la traduction concrète de ce nouveau statut. Au-delà des effets d’annonce, son objectif reste inchangé : jouer la montre, en attendant la « normalisation » de la région rebelle par l’arabisation à outrance et une réislamisation agressive.

Hérésie païenne

En attendant, le bras de fer continue. En décembre dernier, de nouvelles manifestations d’étudiants et de lycéens ont enflammé la région rebelle, suite au refus de l’Assemblée nationale de voter un budget pour l’enseignement de la langue berbère. Devant l’ampleur du mouvement, le gouvernement joue l’apaisement. Idir, la star de la chanson kabyle exclu de scène depuis près de 40 ans, a eu droit à un concert grandiose en présence de plusieurs ministres. Dans la foulée, le président Bouteflika a annoncé la création d’une académie berbère pour « normaliser » les différentes variantes régionales dans une même langue. Le 1er Yennayer 2968, jour de l’an du calendrier berbère qui correspond au 12 janvier, est décrété férié au même titre que les autres fêtes nationales et religieuses. C’est donc dans une ferveur particulière que les Algériens ont célébré la victoire du roi berbère Chachnaq (Shechonq) sur Ramsès III en 950 avant JC, avant d’occuper son trône comme 22e pharaon d’Egypte Entourées d’un tapage médiatique sans précédent, les festivités officielles, mélange de folklore et de salon culinaire, sont dédiées à la gloire du président Bouteflika, « rassembleur de la nation ». Exclue comme « une création coloniale », la culture berbère est revendiquée comme « identité de tous les Algériens ». Le ministère de l’Intérieur a même publié, mardi, un communiqué en langue berbère ; son collègue des Affaires religieuses a instruit les imams de consacrer le prêche de la grande prière du vendredi à Yennayer, obligeant ainsi ceux qui condamnaient cette fête « comme une hérésie païenne », à avaler leur turban.

Changer de logiciel

Pour nombre de militants kabyles, cette brusque sollicitude des autorités est suspecte. Sur fond de luttes d’influence dans le sérail pour la succession du président Bouteflika, le pays profond est en ébullition. Avec la hausse des prix et l’inflation qui ont agressé le pouvoir d’achat des ménages, la contestation menace d’embraser tout le pays. C’est sans doute pour neutraliser la Kabylie, qui risque de jouer le catalyseur d’un Grand soir que le pouvoir a laché du lest aux activistes de la région rebelle. Des mesures de pure forme, mais qui ont le mérite de décrisper l’atmosphère. « Au-delà des effets d’annonce et des concessions cosmétiques, l’objectif à long terme du pouvoir reste inchangé : diluer les spécificités culturelles et linguistiques des Kabyles dans une Algérie arabe uniforme, sous la bannière de l’islam » analyse un universitaire.

Face à cette tactique d’un pouvoir rompu aux manœuvres, les activistes kabyles sont appelés à jouer sur la corde raide et à changer de logiciel. Après avoir résisté à la répression avec courage, réussiront-ils à s’adapter aux règles d’un jeu qui s’annonce serré ?

Arezki AÏT-LARBI

Source: 
Lalibre.be
Date: 
2018-01-13
Rubriques: 

Commentaires

Le pouvoir est confondu par son incohérence. On ne peut pas prétendre accéder à une revendication populaire tout en rehaussant une politique d'arabisation qui vise à éradiquer ce qui reste de la culture ancéstrale du peuple. l'euphorie de Yennayer ne durera pas longtemps et l'ostracisme reprendra ses droits. Quand on veut fuir le naturel, il revient au galop.

Les expressions "n’a pas drainé les grandes foules", "l’élan des dernières années semble brisé", "crise interne qui a abouti à une scission..." dominent l'article. Petit rappel donc :
Le "envoyé spécial" chez lui à Tizi semble avoir écrit son papier avec comme toute documentation une ou deux pages facebook. Ce que d'ailleurs font beaucoup de journaux en ligne. Je lui fais remarquer entre autres :
que beaucoup de gens ont été empéchés de participer par les barrages filtrants des gendarmes et des policiers
que malgré ça yennayer 2018 a drainé plus de manifestants que celui de 2017
que pour la première fois, la consigne du MAK  a été strictement appliquée : toute la manifestation est consacrée à l'indépendance de la Kabylie
que pour la première fois, on n'a pas vu ni drapeau algérien ni drapeau amazigh. Que des drapeaux kabyles.
qu'il y a eu un lever du drapeau (kabyle) au centre ville, juste en face d'un commissariat de police algérien

Je partage l'opinion que le MAK est en chute libre principalement pour un manque de crédibilité du à une conduite qui souvent ressemble à celle de leur ennemi juré, le pouvoir en Algérie. Un gouvernement provisoire virtuel sur internet, une conduite qui met au devant l'apparence, un manque de démocratie flagrant, une orientation extrémiste qui qualifie à tort de KDS tout citoyen qui les questionne de bonne foi, et une stratégie (si elle existe) contre-productive.

La cerise sur le gateau, c'est leur site siwel.info, un site dont le rédacteur principal, Lvaz At Vrahem, s'adonne à la publication de titres sensationalistes (on dirait un journal sensationaliste) même en utilisant parfois des informations qui ne sont pas vraies. Tout est bon pour mettre en mauvaise lumière le pouvoir central. Il est bien de rappeler que ce Lvaz At Vrahem a été auparavant rédacteur en ligne de la depeche de kabylie, un journal proche du pouvoir central.

La force de la cause c'est d'être toujours fidèle à la vérité même en face de l'ennemi. Quand on faillit à ce principe de respect de la vérité, on perd sa crédibilité.

qui es-tu? Un agent espion? Prends note: le MAC ne fait que se renforcer pour notre indépendance. Le combat continuera toujours et on gagnera.

Je ne suis pas un espion, ni contre l'autonomie et indépendance des peuples. Mais la vraie autonomie qui consiste à réellement dépendre de soi-même sur le terrain, pas seulement crier qu'on veut l'indépendance.

Le combat doit continuer mais c'est le peuple qui doit le mener et c'est le peuple qui vaincra.

Arezki est journaliste, mais aussi est un manœuvrier, notoirement connu. Il fait partie de ceux que appelle les " anciens " (de 80 et ses suites), une sorte de " légitimité historique ", comme celle dont se revendique les moudjahidinnes ...Il a le verbe facile, la maitrise de l'écriture (anglais et français), correspondant du Figaro, Le Point, Ouest France, Los Angeles Times, des organes de presse très marqués à droite, la droite ultra libérale, xénophobe et raciste .... Bref.

Ici, il joue les uns contre les autres, le nouveau bébé-éprouvette (de la SM-DRS) URK contre le MAK, et vice versa. Ce genre de manipulations et manœuvres sont ses habitudes, ses coutumes, son dada .... Il avait déjà joué le RPK contre le MAK. Et c'était lui qui écrivait pour le Manifeste kabyle, le Forum kabyle, d'où est sorti le fameux RPK instigué par ladite Police politique secrète ' gestapiste' = organisation criminelle et mafieuse des Généraux sanguinaires et prédateurs = Pouvoir réel . Bref !

Arezki sait pourtant que l'URK et le RPK, comme tous les partis de nos jours sont dans le giron de cette " organisation criminelle et mafieuse " = Police politique secrète, qu'est la SM-DRS-DSS, qui créé et recrée, fait-défait-et-refait, infiltre, noyaute, manipule, instrumentalise, joue les uns contre les autres, élève tels contre tels, pousse à la faute, induit en erreur, tue, massacre, exerce la terreur ...., tout le temps, en permanence .

Arezki sait aussi que tout parti créé ajoute la division, la fragmentation, le fractionnement, l'effritement, l'érosion .... qui servent amplement la Junte dictatoriale militaire, criminelle et mafieuse .

Arezki est habitué de ces accusations Les affirmations contradictoires de sidi Arezki. Ainsi , dans son texte intitulé " La Kabylie cherche sa voie vers l'autonomie, Le Figaro 21/04/2010 Ait Labi Arezki " accusait le MAK-GPK d'être lié à la SM/DRS. Son écrit se concentre sur la fin, l'épilogue, où il écrivait, à propos de son ami (hum !) Ferhat : " Certains de ses Conseillers, promptes à la surenchère, travailleraient, dit-on, pour les Services algériens, qui tentent d'instrumentaliser ainsi la région, dans les jeux claniques du sérail ". Tandis que dans son texte " Algérie: La Kabylie, en quête d’un statut spécial, Arezki Aït-Larbi, le vendredi 05 mai 2017 ", sidi Kiki Ait-Larbi, conseiller et rédacteur occulte du RPK, dit autre chose : il accuse le MAK-GPK de " proximité ... avec les officines du voisin marocain.... ". Ce qui est une grave accusation. Qui contredit l'affirmation du texte cité ci-haut (paru dans Le Figaro en 2010) . Mais ne dit rien sur la collusion du RPK avec ladite Police secrète, tout comme le RCD, le FFS, le FFD, le PT, le PST, le MPA / ex UDRs, le Hamas, le MSP, le FIS, tous les partis sans exception.

Arezki est accoutumé de ce genre de manipulations, d'écrits anonymes, de textes qu'il ne signe pas, mais signé au nom de ....Arezki s'est réconcilié avec les Sadi et Ali Yahia, après une brouille (vraiment ?) durant quelques années ... Il était au FFS dans les années 70-80, puis avait rallié le RCD , créé par le puissant Clan Blekheir-Ayyat-Belkaid-Khédirri-Megueddem-etc (puissant car puissamment amarré à la puissante SM), créé pour casser le trio MCB-FFS-LADDH (qui se mouvait ensemble) .... Puis sidi Arezki avait quitté le RCD, et manipulait et écrivait (anonymement) contre le parti des Sadi et compagnie. Et puis s'est réconcilié avec eux vers 2011, dans le cadre de la création de CNLD (version revue du CNSA-1991) ..... sur ordre du Général Mediène (DRS) . Rappel : la CNLD-2011 (comme le CNSA-1991) appelai le Commandement militaire (SM-DRS + Etat-major) à intervenir (ce qui équivaut au Cou d’État) .... Bref, et re-voilà derrière le RPK, comme conseiller de l'ombre et rédateur anonyme .... Pourtant, il sait bien que ce parti-officine est créé par les Généraux de la Gestapo locale, la Police secrète du Régime dictatorial militaire ....

Tant de trahisons, revirements, retournements, changements de vestes, on en a vue énormément chez les kaylouches, fiers et faibles, arrogants et zélés, mégalomanes et orgueilleux, difficiles et méchants.... Il n'est pas exigé d'avoir l'art du psychologue pour le déceler : la fierté est corrolée à la faiblesse! Notre faiblesse est dans notre fierté, en germe dans nos fiertés malplacés, nos orgeuils demesurés, nos zèls excessifs ..... D'où les trahisons en permanence !

Azul,

Cher Aamiruc.

Beaucoup de contradiction, si j'ai bien compris, vous dites que les vrais Kabyles qui defende la Kabylie "le MAK" mettent une étiqutte de kds aux personnes qui n'ont pas la meme vision qu'eux.

Et vous que faites vous à propos de Lvaz At Vrahem cela s'appele un jugement mince alors et en plus vous ne faites pas parti du MAK, est ce contagieux, AH Ah Ah

"l'Erreur est Humaine" La Kabylie à besoin de ces enfants c'est tout c'est simple.

 

Azul a gma

Il n'y a pas de contradiction dans ce que j'ai écrit, ni d'erreur.

J'ai constaté des faits et donné mon opinion.

Je ne fais partie d'aucun parti mais je suis d'accord que notre pays, tamurt-nneɣ, a besoin de tous ses enfants, hommes et femmes.

Tout le monde fait des jugements mais la valeur d'un jugement est proportionelle

Ne prend pas tes désirs pour la réalité.

On est habitué aux agents du pouvoir comme toi qui ne vient que pour essayer de "briser l'élan"..  Mais à chaque fois la Kabylie et le peuple kabyle vous le clous le bec. 

Tout le monde se souvient des vocifération de votre demi président qui se prend pour naboléont en s'agittant comme un crapeau sur sa chaise roulante.. "jamais disait il Tamazight ne sera langue officielle tant qu'il sera vivant".. et bien tamazight est langue national et OFFICIELLE, et yennayer et jour férié. et j'espère qu'il lui reste encore 1 ou 2 neuronne pour savourer sa défaite et sa perte totale de crédibilité.

S'il y a quelqu'un qui est virtuel c'est bien toi... le MAK ANAVAD lui est tous les jours sur le terrain aux 4 coins du monde.. Le mémorundum déposé à l'ONU pour demander l'indépandance c'est pas du virtuel, c'est du concret.

Va falloir vous y faire, le MAK est la pour durer jusqu'à la victoire finale à savoir notre INDEPENDANCE. Quant a votre algérie que vous avez fondé sur les deux idéologies les plus criminelles de l'histoire à savoir l'arabisme et l'islamisme, elle n'en a plus pour longtemps, vu tous les complots virtuels ou reels qui se formentent autour d'elle, car devenue de plus en plus vulnérable vu que les algériens sont divisés, que la crise économique est insurmentable et qu'il y n'y aucun espoir.. le comble de l'ironie c'est que ceux qui vont appuyer sur bouton, ce sont vos "frères" arabes de doha, de riad ou meme d'ankara pour qui vous vous etes prosternés et qui vous récompose au niveau de l'image qu'ils ont de vous!

 

Vive la KABYLIE INDENPENDATE

VIVE LE MAK ANAVAD

LONGUE VIE A NOTRE PRESIDENT FERHAT MEHENNI

Azul Ariles. Vous avez raison.En potitique le "jamais" n'existe, on l'a vu avec ce cri de Boutef "jamais tamazight ne sera officielle..." Et on a vu la suite.Il y a aujourd'hui certains imbéciles heureux kabyles et algériens qui crient souvent 'la Kabylie ne sera jamais autonome ou indépendante..."  Demain la Kabylie sera libre et indépendante car c'est la marche de l'histoire.Le statu quo est indéfendable,intenable et suiciadaire pour nous. Nous avons raté une occasion historique en 2001 de proclamer notre indépendance.Rien n'est perdu.Le prochain printemps,comme l'a écrit Ferhat Mehenni, ne sera pas amazigh, ni noir mais KABYLE.

Vive le MAK,vive la république kabyle !

Pages

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.