Vous êtes ici

Opinions, débats, idées

Communiqué de Shamy Chemini, co-fondateur du groupe Les Abranis de 1967 à 2001, écrivain, réalisateur

Communiqué de Shamy Chemini co-fondateur du groupe Les Abranis de 1967 à 2001, écrivain, réalisateur

Communiqué de Shamy Chemini, co-fondateur du groupe Les Abranis de 1967 à 2001, écrivain, réalisateur

1) Je suis partisan de l’indépendance de la Kabylie

2) Je suis partisan également de l’indépendance de toutes les régions de Tamazgha

3) Pour l’avenir, mon souhait est la création des États-Unis amazigh du nord de l’Afrique

4) Je soutiens les mouvements indépendantistes kabyles

5) Notre histoire amazigh confirme mes choix

Fait en Kabylie le 8 mars 2017

Shamy Chemini

Burkini : le naufrage moral et identitaire de la France

Allons Françaises, Français il est temps de vous réveiller après la canicule climatique et médiatique de ce mois d'août. L'affaire du burkini a donné ces dernières semaines une occasion rêvée à vos propres ennemis d'investir à nouveau les écrans avec des images bien préparées, de se victimiser sur le thème du rejet de l'autre. Vos médias de masse mainstream n'ont que trop donné la parole aux apôtres du «vivre-ensemble», de la bien-pensance, qui vous dictent une compassion béate et inconditionnelle tout aussi nuisible que la vulgate des «vieux cons racistes».

La Kabylie ne reconnait plus ses hommes

Faut-il mourir pour être reconnu homme ‘Argaz’ chez les Kabyles? Faut-il disparaitre pour pouvoir s’élever au rang de héro? La question m’est venue en lisant un article qui détaillait la honteuse histoire de l’interdiction de la parole à Ferhat Mhenni, lors des obsèques de Da l’Houcine. Un refus de voir un grand homme saluer le combat d’un autre grand…oublié.  

Empêcher Ferhat Mhenni de parler traduit le degré de la dégénérescence des valeurs en kabylie, et le fossé qui s’est creusé entre l’élite et le reste de la population.

Jamais vous n’aurez la langue de ma mère !

Le racisme n'a pas disparu, il s'est métamorphosé. Certes, il n'est plus biologique, mais culturel. On hait l'Autre parce qu'on abhorre sa culture, son identité, ses coutumes, ses valeurs. Le racisme n'est pas inhérent à l'Occident, il existe partout sous des formes différentes. En Algérie, il est de nature linguistique. Il est même inscrit, et clairement articulé, dans l'avant-projet de la nouvelle constitution.

Pages