Vous êtes ici

La Guerre d’Algérie Les combattants français et leur mémoire - Jean-Charles Jauffret

Jean-Charles Jauffret, "La Guerre d’Algérie Les combattants français et leur mémoire", préface de Jean-François Sirinelli, Paris, Odile Jacob, est une formidable synthèse d'un millier de témoignages sur la guerre d'indépendance algérienne.

Spécialiste de l’histoire militaire française et des guerres en Afghanistan et en Algérie, l'historien Jean-Charles Jauffret a soutenu une brillante thèse de doctorat d'État en 1987 sur l’armée sous la IIIe République. Professeur émérite de l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence où il a dirigé le département d'histoire et les recherches en histoire militaire comparée, il est auteur de nombreux ouvrages d'histoire. Notons que de toutes ses recherches en histoire c'est bien l'Algérie qui est au centre de ses intérêts scientifiques. Pays qu’il connaît bien puisqu'il s'y est rendu à de nombreuses occasions dont la dernière en date est sa remarquable communication présentée au colloque d'Akfadou sur les assises de la Soummam, les 25 et 26 août 2016.

"La Guerre d’Algérie, les combattants français et leur mémoire", est sa dernière publication parue en janvier 2016, elle est rehaussée d'une remarquable préface de Jean-François Sirinelli, professeur des universités à l’institut d’études politiques de Paris et directeur du Centre d’histoire de sciences politiques.

Le livre compte près de 300 pages et comprend neuf chapitres traitant respectivement des rites de passage des soldats; la grande transhumance des soldats engagés et dont les effectifs n'ont cessé d'augmenter et l'on apprend que la guerre d'Algérie avait nécessité l'engagement de plus d'un million de soldats; la découverte des départements français d'Algérie; les grands faits sanglants de la guerre; les diverses expériences vécues; les horreurs commises au nom de la contre-guérilla, comme l'usage de la gégène, "les corvées de bois", les viols; la vie des soldats dans l'isolement; les gus (terme désignant par son ambiguïté la guerre d'Algérie ou troupe non identifiée), et enfin les séquelles de cette guerre sur ces soldats dont les graves blessures, physiques, psychiques et morales sont encore ouvertes. L'ensemble de ces lancinantes questions a fait l'objet de développements détaillés et précis. Et les relations humaines complexes entre soldats, Pieds noirs et Musulmans (fellagas, harkis et simples citoyens) sont bien caractérisées.

Résultat d’une longue, patiente et minutieuse enquête portant sur un millier de témoignages recueillis sur une période de plus de vingts ans auprès de soldats français tous corps confondus : appelés, réservistes, professionnels engagés dans une guerre sans nom… l’ouvrage de Jean-Charles Jauffret est novateur en ce qu'il a su éviter d’être un simple enregistreur du contentieux mémoriel qui pèse encore aujourd'hui sur le passé commun entre la France et l'Algérie. À travers ces nombreux et précieux témoignages recoupés avec des archives militaires, des fonds privés, des souvenirs publiés, des films… l'auteur ne s'est pas contenté de dresser un simple inventaire, il les a finement analysés pour lever le voile sur ce que les perceptions des acteurs voilent.

Ce sont donc ces traumatismes profonds que l'historien analyse et qui lui ont permis de passer en revue certains faits sanglants de la guerre d'indépendance, à commencer par le massacre de près de 12 000 Algériens en août 1955 dans le Nord-Constantinois, l'embuscade de Palestro tendue par Ali Khodja en mai 1956 exterminant une unité de soldats français, en passant par les opérations du plan Challe de février 1959 à avril 1961 pour asphyxier l'ALN de l'intérieur en empêchant les maquis d’être approvisionnés en armes depuis le Maroc et la Tunisie, opérations ayant fait plus de 20 000 moudjahids tués, la bataille d'Alger de janvier à octobre 1957 qui coûté la vie à Larbi Ben M'hidi et à plusieurs milliers d'Algérois et où la torture fut largement pratiquée par l'armée coloniale jusqu'aux luttes entre wilayas et les irradiés des 17 essais nucléaires au Sahara, de février 1960 à février 1966.

Le lecteur apprendra que l'accident nucléaire survenu le 1er mai 1962 à In Mguel, dans le Hoggar avait fait 2000 civils et militaires irradiés. Par ailleurs, l'on retiendra que 2 392 camps de regroupement furent ouverts depuis le début de la guerre jusqu'au au printemps 1961 et où vivaient deux millions d’Algériens dans de très mauvaises conditions, dénoncées dans un excellent "Rapport sur les camps de regroupement» de Michel Rocard, republié en 2003, aux éditions Mille et une nuits. Rapport remis le 17 février 1959 à Paul Delouvrier, délégué général du gouvernement en Algérie.

C’est dire combien l'ouvrage de Jean-Charles Jauffret est digne d’intérêt à plus d'un titre. D'abord l'auteur livre au lecteur une foule d’informations et de réflexions fraîches sur cette guerre de reconquête coloniale : 1954-1962. La richesse et la qualité des informations et expériences de terrain livrées sont édifiantes. Son analyse, ensuite, de l'ensemble des événements traités et qui ont jalonné les huit années de guerre, est empreinte d'équilibre et d'honnêteté intellectuelle qui lui ont permis d'éviter l'approche manichéenne, alors que le sujet est passionnel et s'y prête fort bien. Enfin, l'auteur a su parfaitement décrire fidèlement un véritable pan d’histoire de la guerre d'indépendance qui, décidément, n’a pas encore livré tous ses secrets. L'ouvrage est d'autant plus captivant qu'il ambitionne de contribuer à panser les plaies et d'œuvrer à la réconciliation des deux rives de la Méditerranée.

La lecture de ce livre est indispensable pour comprendre les profonds traumatismes liés à la guerre d'Algérie de part et d'autre de la Méditerranée 55 ans après l'indépendance. L'on ne peut dès lors que souhaiter que cet bel ouvrage puisse être largement diffusé et connu, tant en France qu’en Algérie.

Tahar Khalfoune

Rubriques: