Vous êtes ici

Nice s’incline à la mémoire de Mas Omar Chemini (1947-2017)

La famille du défunt a convié une cérémonie  au centre funéraire Athanée (avenue Saint Augustin) qui accueillit la dépouille du regretté Dda Omar. Une fois  la prière des morts faite autour de la famille et des amis, le cercueil fut orné de bouquets de fleurs de toutes sortes, son cadre (son sourire et son charisme), des bougies : la chanson « Tivratin» de l’artiste Ait Menguellet retentait telle une prière pour apaiser tout ses cœurs chagrinés, les enfants du défunt entouraient leurs mères pleurèrent dignement et en écoutant cette poésie kabyle poignante :

« Occupe-toi de prendre un stylo, je te dirai ce que tu écriras
Je te parlerai en kabyle et selon ton gré tu transcriras,
A qui ne comprend pas, toi qui sais expliqueras.
Met cela sous forme de lettres, c’est toi qui les porteras.
Alors que je serai parti, tu leur expliqueras. Tu diras :
A Ma mère que j’aime,
Je serai déjà parti quand t’arrivera cet écrit, pardonne-moi…… »

mas-omar-chemini.jpg

Mass Omar Chemini
Mass Omar Chemini

A la fin de cette œuvre de nombreux témoignages pour rappeler les valeurs kabyles et les qualités du défunt avec beaucoup d’émotions et d’amour , son frère le célèbre écrivain , artiste kabyle Shamy Chemini dira à son frère cadet « Omar ce n’est qu’un au revoir … »avec une voix pleine d’émotions et de tristesse. Les messages d’amis parle de la générosité  et sociabilité de Dda Omar et son amour qu’il porte pour sa famille, ses amis et sa culture berbère au sein de l’Association Franco-Imazighen de Kabylie en Haute Garonne (AFRIKA 31) dont il est un des fondateurs avec sa femme Nna Zahia , un travail d’équipe avec cette dernière pour célébrer notamment le nouvel An berbère  à la place du Capitole(au cœur de la ville Rose)ainsi que d’autres activités culturelles qui rassemblent des centaines de personnes (berbères et les amis des berbères). Vient le tour de mas Djafar Chibani (conteur et comédien kabyle) avec beaucoup de chagrin « Tes actes perlent de toi mon ami, tu as fait beaucoup de bien autour de toi, … ». Une grande amie au défunt qui nous dira avec beaucoup d’émotions, qu’il était comme son frère et cita un poème de Saint Augustin(le philosophe berbère) « Ne pleure pas si tu m’aimes

La mort n’est rien, je suis seulement passé de l’autre côté,
 Je suis Moi, tu es Toi.
 Ce que nous étions l’un pour l’autre, je le suis toujours.
 Donne-moi le nom que tu m’as toujours donné,
 Parle-moi comme tu l’as toujours fait,
 N’emploie pas un ton différent,
 Ne prends pas un air solennel ou triste,
 Continue à rire de ce qui nous faisait rire ensemble…. ».
Mas Karim Toumi(artiste et membre de AFRIKA31) lui renda un hommage en citant le poème de Ait Menguellet « T-tt-ban-ed lqima n leh'yat,
S lmut ma d-tzur axxam,
T-tt-ban-ed lqima n tafat,
Ma d yewwet wugur n t'lam »

Ainsi que  le texte de Mouloud Feraoun qui résumèrent sont chagrin « Que dieu maudisse la mort qui nous frappe à tort sans se soucier de ses victimes ».

Après ce vibrant recueillement , le cortège de voitures  précédé par le corbillard funéraire longea la promenade des anglais pour rejoindre les hauteurs de Nice ( Cimetière Est)la dernière demeure du défunt entourée d’oliviers et sous le son des cigales ,la dernière prière fut  accomplie suivie d’un hommage émouvant de son fils au nom de sa famille avec beaucoup de courage et de dignité , le neveu de défunt prononça une oraison funèbre avant l’inhumation ensuite chacun des présent a jeté une rose dans la tombe en disant une prière  et  comme l’a annoncé le frère du défunt « chez nous une tradition ancestrale , une pelle de terre de chacun comme ultime hommage » .
Au retour du cimetière une réception autour d’un couscous à l’honneur du défunt fut organisée par la famille, c’était un moment de partage à la mémoire de Dda Omar.

Sgunfu Di Talwit a Dda Omar

 Talwit Taqvaylit

Vous devez être connecté pour lire la suite de cet article.

Connectez-vous ou inscrivez-vous si vous n'avez pas encore de compte.

Rubriques : 

Ajouter un commentaire