Vous êtes ici

Lettre à ma cousine... Najat Vallaud-Belkacem

Mme Najat Vallaud-Belkacem

Ministre de l’Education Nationale

Ministère de l’Education Nationale

110, Rue de Grenelle

75357 Paris SP 07

Mme La Ministre,

Comme vous le savez, suite à des accords entre la France et certains Etats (Algérie, Croatie, Espagne, Italie, Maroc, Portugal, Serbie, Tunisie, Turquie), l’Education Nationale offre aux élèves de l’école primaire, dont les parents sont ressortissants ou « français d’origine » de ces pays ou supposés tels, des « enseignements de langue et culture d’origine » (ELCO). Ces accords prévoient que ces enseignements soient assurés au sein de l’école de la République mais par des enseignants étrangers désignés et rémunérés par des gouvernements étrangers.

Il est alors très légitime de se demander au nom de quoi l’Education Nationale française accepte qu’une partie de ses enfants soient formés, « éduqués » par des Etats étrangers avec des programmes étrangers ? C’est une pratique tout autant aberrante que potentiellement dangereuse parce que possiblement porteuse de dérives d’ailleurs constatées par de nombreux organismes dont le Haut Conseil à l’Intégration (HCI) dans un rapport remis au Premier Ministre en 2013. Le HCI dénonce en effet des phénomènes de « communautarisme » et d’« éloignement des valeurs républicaines ».

Par conséquent, je suggère que les ELCO soient rebaptisés « enseignements de la diversité linguistique et culturelle » et soient entièrement assumés et assurés par l’Education Nationale française, avec des programmes et des enseignants français et pendant le temps scolaire.

Par ailleurs, on constate que l’offre actuelle de ces enseignements s’adresse automatiquement et quasi-exclusivement aux élèves dont les parents sont originaires ou supposés originaires des Etats signataires de ces accords. Les parents étrangers ou français d’origine étrangère ou supposés tels qui ne souhaitent pas que leurs enfants bénéficient de ces enseignements, sont alors obligés d’exprimer explicitement leur refus et parfois de devoir s’en expliquer auprès de la direction de l’école ! En conséquence, le fait que ces enseignements de langue et culture d’origine s’adressent uniquement aux enfants sensés avoir un lien avec un pays étranger, est à la fois discriminatoire et stigmatisant pour ces élèves et fait obstacle à l’ouverture et aux échanges interculturels tout en favorisant le repli sur soi et le sentiment communautariste.

Pour ce qui concerne spécifiquement les élèves dont les parents sont étrangers nord-africains (Algérie, Maroc, Tunisie) ou français d’origine nord-africaine ou supposés tels, l’offre de l’ELCO est faite sous la forme d’un document bilingue français et arabe. Ce qui laisse supposer que l’administration française et particulièrement l’Education Nationale, considèrent que les pays du nord de l’Afrique et leurs habitants et l’immigration en France qui en est issue, sont tous des Arabes et uniquement des Arabes.

Pourtant vous êtes très bien placée Mme la Ministre, pour savoir que la majorité des nord-africains sont des Amazighs (Berbères) et qu’en France, la proportion de personnes de culture et de langue maternelle amazighes dans la population d’origine nord-africaine est au moins de 50% ! Et même dans les pays d’origine, malgré des politiques gouvernementales très défavorables, l’amazighité commence à être reconnue si l’on en juge par exemple par le fait que la langue amazighe a le statut de langue nationale en Algérie (depuis 2002) et de langue officielle au Maroc (depuis 2011).

Concernant leurs contenus, on observe que ces enseignements ne traitent que de la langue et de la culture araboislamiques et absolument rien n’est mentionné sur le peuple autochtone du nord de l’Afrique et sur sa langue et sa culture amazighes.

On se demande alors pourquoi l’Education Nationale française continue d’ostraciser autant la langue et la culture amazighes ? Pourquoi l’Education Nationale tient tant à priver des milliers d’élèves d’origine amazighe de la langue d’origine de leurs parents? Pourquoi l’Education Nationale impose t-elle l’enseignement de la langue et la culture arabes aux enfants d’origine amazighe, comme si c’était leur langue et culture d’origine ? L’Education Nationale mesure t-elle les dégâts que cette « falsification » peut provoquer sur la
construction de la personnalité et des repères identitaires de l’enfant et du futur adulte ?

Mme la Ministre, vous avez déclaré en juin dernier : « dans le cadre de la politique que je mène en faveur du développement des langues vivantes étrangères, l’arabe sera évidemment dans le panel des langues, parce qu’on a besoin de cette diversité des langues». Ce que vous dites est très juste concernant le plurilinguisme et la diversité des langues, mais pourquoi la diversité linguistique en France devrait-elle se limiter à la langue arabe ? Et pourquoi n’incluez-vous pas dans votre politique linguistique par exemple les langues régionales de France et la langue amazighe, votre langue maternelle, Mme la ministre et celle de deux millions de personnes d’origine amazighe en France ?

Par ailleurs et comme vous le savez, la culture amazighe porte en elle les valeurs qui font le socle de la République : la laicité, le respect d’Autrui, la démocratie, l’égalité femme-homme... En conséquence, en enseignant la langue et la culture amazighes aux jeunes d’origine nord-africaine mais aussi à tous les autres, on enseigne la liberté, l’égalité, la diversité et la pluralité, qu’elles soient humaine, culturelle, linguistique, spirituelle, religieuse, etc. Par exemple, en enseignant que Saint-Augustin est un Amazigh natif de Thagast dans l’est de l’Algérie, que ce sont des Amazighs qui ont conquis l’Espagne à partir de l’an 711, qu’avant d’être musulmans les nord-africains ont connu le paganisme, le judaisme, le christianisme et enfin l’islam, on contribue non seulement à « corriger l’histoire » mais aussi et surtout à casser le monolithisme, les dogmes et les idées reçues qui désorientent les jeunes générations qui deviennent alors des proies faciles du fondamentalisme religieux.

Enseigner la langue et la culture amazighes, c’est lutter contre les préjugés négatifs et contre toutes les formes de déterminisme, d’unicisme, d’extrêmisme, de racisme et de rejet de la différence. C’est en même temps une action en faveur des principes et valeurs communs qui contribuent à la connaissance de l’Autre, au rapprochement et au bien vivre ensemble

Je suis persuadé que vous avez bien compris, Mme La Ministre, que le sens de ma lettre est de conforter comme vous le dites, « une Ecole qui transmet les valeurs de la République ».

Je me permet de vous rappeler qu’un collectif d’associations vous a déjà écrit à ce sujet au mois de mars dernier mais leur courrier est resté sans suite.

Je souhaiterais vivement que vous puissiez vous saisir rapidement de ma présente alerte aux fins d’apporter les correctifs qui s’imposent au dispositif Elco. Je reste à votre disposition pour vous apporter, si vous le souhaitez, tous les éclaircissements et le soutien utiles.

Veuillez agréer, Mme La Ministre, l’expression de mon profond respect.

Belkacem Lounès

Conseiller Régional Rhône-Alpes

Vice-Président de la Commission Enseignement Supérieur et Recherche

Président du Comité des langues régionales

Vous devez être connecté pour lire la suite de cet article.

Connectez-vous ou inscrivez-vous si vous n'avez pas encore de compte.

Rubriques : 

Commentaires

 

J'adhère , car cette langue n'a aucun intérêt scientifique , technique ou culturel , seulement pour la prière...elle sert juste les intérêts des états arabo-islamiques .Nous ne pourrons compter que sur nous même pour enseigner la culture, la langue et l'histoire célèbre de notre peuple avec ses érudits célèbres , ses grands rois et reines ...Un regroupement des associations serait utile pour developer , des films , dessin animés , BD, pièces de théâtres , livres en  langue BERBERE...la diaspora pourra apporter son aide et son financement ...AMAZIGH pou l'éternité .

Vous perdez votre temps a lui écrire. Sa première mission a été de se mettre au service de sa majesté le roi pour racoler la communauté marocaine ce qui revient à mieux les arabo islamiser.

Je ne lui aurait même pas prêté la moindre attention.

La seule chose qui reste a faire c'est de se mobiliser lors de la prochaine échéance électorale notamment a Lyon où elle risque de se présenter pour la sanction des urnes.

Le probleme des Amazighs c'est que nos pire ennemis sont souvent ceux qui sont issus de cette communauté et qui pour exister sont prêts à nous vendre à nos ennemis!

 

 Je me permets de juger cette lettre: Elle est PARFAITE! Tout est dit! Il ne reste plus qu'à la soumettre aux amazighs pour une pétition. Nous nous laissons trop souvent englober dans une identité qui nous est étrangère: La culture arabo-islamiste. En Kabylie, le peuple se bat depuis toujours pour préserver son identité et en France, nous nous laissons engloutir, sans droit au chapitre! Les kabyles n'ont pas à subir l'enseignement d'une langue qui ne leur apporte rien mais qui les agresse en leur rappelant leur statut d'éternels colonisés. Le gouvernement socialiste cultive la médiocrité, le mensonge, le deux poids deux mesures. Incompétent dans tous les domaines, il est en train de livrer la France à ses créanciers saoudiens...Là où l'autre bande de farfelus, l'UMP, les LR, aujourdhui dealaient avec les qataris. La France est cernée avec l'approbation de ses "guides" . Adieu la France des droits de l'homme, de la liberté d'expression, à moins que... A moins que le peuple prenne le problème à bras le corps et se soulève, exaspéré par tant de mépris! CHAQUE français doit se sentir concerné par cette déliquescence imposée par des vauriens et réfléchir à des actions locales pour être au plus près des populations en souffrance par rapport à la tournure tyrannique que prend cette gouvernance. Ces associations d'actions locales resteraient en contact les unes avec les autres  et uniraient leurs force le moment venu... Rester les bras croisés, à se lamenter ou attentistes dans l'espoir chimérique de voir enfin la fin de ce cauchemar, nous prépare à de bien tristes désillusions!

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.