Vous êtes ici

Interview du caricaturiste Ahmed Medjani : « l’Algérie est le pays où l'on a assassiné le rêve et l’espoir »

Kabyle.com (Paris) : Ahmed Medjani, les éditions NOIR et BLANC vous ont consacré un mois d'exposition à Toulouse , parlez-nous un peu de cet événement.

Ahmed Medjani : C’est une exposition qui durera du 1au 28 Février, à la maison Blanche de Toulouse. C’est un café culturel Associatif très branché où l'exposition regroupe des dessins qui traitent d’un peu de tout, de la politique algérienne beaucoup plus et un zest de politique et événements internationaux. C’est aussi un moyen d’externaliser tout ce qui se passe en Algérie en ce moment histoire de briser  certaines idées et images reçues pour certains Français,  y’en a ceux qui croient que l’Algérien est prospère, l’Algérien est heureux et que le pays va de l’avant, malheureusement.    

Ahmed Medjani

Un livre (album caricatures) sortira aux mêmes éditions Noir et Blanc...

Alors pour le recueil GUEULE DE BOIS s’était vraiment une surprise dont je ne m'y attendais pas. Le Propriétaire du journal Noir et Blanc DAVID Fauré m’a balancé d’un coup « Ahmed on va faire un recueil, Alors voici les dimensions et les formats » et puis ça s’est mis en route tout seul. J’avoue que c’était un projet qui datait de 2010, comme le témoigne la préface de SIDI BEMOL (Hocine Boukella). C’est un ouvrage qui se divise en deux chapitres, ALGERIE MON HUMOUR, qui traite de l’actualité locale et LE MONDE DANS TOUS SES ETATS, qui touche à l’international.

Pourquoi Gueule de bois ?

Gueule de bois, c’est purement personnel, c’est ce que je ressents chaque jour en consultant la presse, en marchant dans les rues ou en conduisant, des nausées, des maux de tête carabinés à faire tordre un éléphant, rien qu’a l’idée de voir à quel point notre pays est foutu, à quel point notre jeunesse est irrécupérable ça me donne envie de gerber.

Pourquiu ce choix de l'éditer en France et non pas en Algérie ?

SIDI BEMOL l’a dit en 2010, il va avoir du mal à publier son recueil, je connais parfaitement les maisons d’éditions Algériennes. Je constate qu’il a parfaitement raison, de puis sept ans je cours à droite et à gauche pour trouver quelqu’un qui pourra l’éditer mais rien, certain ont peur rien qu’à l’idée de dire politique, ils te sortent des scénarios à la Davic Code, d’autre par pur capitalisme ils refusent. Donc j’ai rencontré « le père noël » grâce à mes amis Tunisiens et Français, maintenant quand je regarde en arrière je pleur les jeunes et les artistes Algériens en général, l’Algérie est le pays où on a assassiné le rêve et l’espoir. 

Anne Lise du Journal Noir et Blanc au maquettage du livre

 

Pouvez vous nous parler d'autres projet personnels ?

Pour le moment je me concentre sur le festival international de l’Estaque, auquel j’espère participer. Je vais essayer de sortir un autre recueil de dessin, cette fois en Algérie, maintenant que les capitalistes vont avoir une belle image de moi (Rire), et puis on verra d’autre choses.

Un mot pour conclure cette interview ?

Je tiens à remercier chaleureusement le journal Noir et Blanc et ANNE Lise, sans eux tout ceci ne sera pas réel aujourd’hui, ainsi que le gérant de la maison blanche, pas Donald Trump bien entendu, et tous ceux qui m’ont soutenu de loi ou de près durant ces sept années de combat et sans oublier Kabyle.com. et j’espère que ca va continuer dans le positif.

Entretien réalisé par Amar BENHAMOUCHE

Vous devez être connecté pour lire la suite de cet article.

Connectez-vous ou inscrivez-vous si vous n'avez pas encore de compte.

Thèmes associés: 

Ajouter un commentaire