Vous êtes ici

Hamid Mezaoui : «La démocratie est un fondement de la vie sociale de la Kabylie»

Hamid MEZAOUI - Photographie Balak A. Kabyle.com Kabylie Tous droits réservés.

Kabyle.com (Tiz-Ouzou - Kabylie) : Pourriez-vous vous présenter au public et à nos lecteurs ?

Hamid Mezaoui :  Avant de m’investir dans le militantisme politique, j’ai été et reste un homme de culture, un auteur et éditeur. Je fais partie également du mouvement associatif. Mon action dans le domaine de l’édition est essentiellement axée dans le domaine de la littérature d’expression kabyle. J’ai édité une centaine d’ouvrages. Je cite entre autres :
-  Mohand-Saïd raconte amghar de Med-Saïd Akli,
-  Economie de la Kabylie de Mohand-Amokrane Zourli,
-  Isefra n Si Muḥ Umhend de Larav Mohand Ouamer,
-  Les montagnes de la douleur de Rabah Toumert
-  Timenna n Ccix Muḥend u Lḥusin de moi-même et plusieurs autres.
 
L’édition est toujours une aventure exaltante et parfois, la parution d’un ouvrage peut susciter des controverses très utiles à la compréhension de l’histoire. Ainsi en est-il du livre-témoignage de M. Mohand-Saïd Akli qui se rapporte à son père le colonel Mohand Oulhadj. Dès sa parution, M. Aït Hamouda Nordine, le fils du colonel Amirouche a convoqué la presse pour dire ostentatoirement« qu’il remet la mitraillette de son père au musée du Moudjahid de Tizi Ouzou », suggérant que d’autres auraient des choses à cacher. Sur ce, M. Mohand-Saïd Akli a rendu publics les reçus de remise intégrale à la présidence de la République de Ben Bella du Trésor de la Wilaya 3 historique.

Cette affaire a été médiatisée et a provoqué des réactions angoissées de la part du Ministre des Moudjahidine de l’époque et du chef de Ahd 54.

Je déplore qu’aucun homme ou femme politiques de Kabylie ou d’ailleurs n’a pu se prévaloir du patriotisme suffisant pour dénoncer le silence des autorités par rapport au sujet et demander des comptes aux autres chefs de wilayas sur la destination des ressources financières dont ils disposaient en 1962 sachant que chaque wilaya historique disposait de l’autonomie financière conformément aux résolutions du Congrès de la Soumam d’Août 1956 tenu en pleine guerre à Ifri-Ouzellaguen.

Identité, culture politique, système algérien, déni …culture authentique de ce pays. Qu'en dites-vous ?
R : Tous ces fondements que vous évoquez et qui édifient une vraie nation sont des faussetés et des falsifications dans le système algérien. Le régime qui gouverne l’Algérie, issu d’un coup de force militaire depuis l’indépendance, a dédié ce pays à un arabo-islamisme exclusif et l’a arrimé aux obscurantistes du Moyen-Orient.
L’identité, les langues, l’histoire, les usages et les traditions séculaires des peuples du pays Algérie sont ignorés puis saccagés au détriment d’une idéologie arabo-islamique qui s’emploie avec tous les moyens de l’État à saper la culture authentique du pays.
 
Selon vous, l’Algérie n’est-elle pas une nation ?
Je dirais sans hésitation non. Car une véritable nation est celle qui traite avec équité et justice tous les peuples qui la composent. Or dans ce pays spolié par une junte, on assiste à une volonté d’effacement de l’histoire plurimillénaire, des langues, des vestiges historiques, des fondements historiques et même de la Révolution de 1954 qui a déclenché et gagné la libération des griffes du colonialisme français.
 
… Le legs des anciens
(Rire),  La réappropriation de notre histoire est une urgence pour le peuple kabyle. Quand je dis histoire je parle de l’histoire qui va de l’antiquité jusqu’à aujourd’hui. Voyez comment le régime a escamoté le rôle majeur qu’a joué la Kabylie dans la libération du pays. Et ceux qui ont volé la victoire des peuples d’Algérie sont ceux-là même qui n’ont jamais tiré une cartouche contre l’ennemi.
Contre cette confiscation, seule la Kabylie proteste car elle ne veut pas trahir la mémoire de ses martyrs. Et si les autres régions semblent accepter le fait accompli, il faut se poser la question du pourquoi de cette trahison. Sont-ils perméables aux mensonges récurrents du régime ou insensibles au sacrifice des aînés, c’est la question.
 
Cette ingratitude remonte à loin d’après vous ?
Oui. La Numidie a donné de grands chefs aux troupes musulmanes dans la conquête de l’Espagne. Tarik Uzeyyad a été commandant en chef de l’armée musulmane et une fois la victoire acquise, il a été rappelé par le calife de Damas où il a erré jusqu’à sa mort dans la misère totale. Des historiens affirment même qu’ils a été jeté dans une oubliette où on l’a laissé mourir de faim comme Jughurta à Rome.
Aït Ahmed a donné toute sa vie pour le combat libérateur de l’Algérie. Et malgré tous les sacrifices qu’il a consentis il a été contraint à l’exil dès 1966.
Oui, on peut dire que de Tarik à Aït Ahmed, le sort des autochtones qui ont loyalement servi leur idéal ou leur patrie a été tragiquement le même. La mort ou l’exil.
 
 … Tamaziγt di lakul, et tamaiγt langue officielle.
Tamaziγt di lakul est une supercherie. Au-delà du nombre d’élèves qui diminue et de son statut facultatif qui la déclasse pour ne pas dire qui l’humilie, elle régresse en qualité à cause de la controverse tout à fait artificielle qu’on lui fait subir quant aux caractères à utiliser.
Malgré le choix populaire, celui des enseignants et l’existence de sources livresques très importantes en caractères latins, on lui impose ce faux débat. Cette affaire poursuit en réalité un double objectif. Le premier est de la maintenir dans un perpétuel statut quo en attendant une « entreprise de standardisation » qui la rendra rébarbative même aux amaziγs eux-mêmes. Le deuxième est de la faire rejeter par les arabophones qui ne voient aucun intérêt à son apprentissage par leurs enfants et eux-mêmes.
À la base de tout ça, il s’agit d’un racisme primaire entretenu par l’état et qui s’insinue de plus en plus parmi la population arabophone.
 
Il n’y a que la Kabylie qui revendique la démocratie ?
La démocratie est un fondement de toujours dans la vie sociale en Kabylie. Les régions arabophones sont plus portées par un fonctionnement aristocratique et s’accommodent parfaitement d’un chef omnipotent qui a droit de rester au pouvoir jusqu’à sa mort.

Le HCA, l’Académie berbère...
Le HCA est un autre subterfuge qui sert à masquer le déni de la langue et de la culture amazighe. D’année en année, il s’enfonce dans le folklorisme et la compromission. Vous devez d’ailleurs avoir vous-même remarqué que son Secrétaire général s’interdit de s’exprimer en kabyle en toute circonstance. Il a été choisi parce que c’est un arabisant et qu’il n’a jamais été en proximité avec la lutte pour la cause berbère.
Il joue parfaitement le rôle d’alibi qui lui est confié pour dire à l’étranger que ce commissariat à l’amazighité montre la prise en charge de la langue par l’état algérien. La triste réalité est devant nous et nous la subissons depuis 1975.
Pour ce qui est du projet de l’académie berbère, je pense que tout indique qu’elle sera un HCA-bis donc un autre alibi de façade qui servira encore à leurrer tout le monde et donner corps à la compromission des Kabyles-de-service et autres nigauds qui croient ou feignent de croire que l’Algérie arabo-islamique peut être charitable envers eux.
 
Le MAK semble engagé dans une véritable construction d’un état kabyle. Qu’en pensez-vous ?
Il n’était que temps. Les entreprises du MAK et du GPK peuvent sembler à première vue et à certains détracteurs professionnels comme des gesticulations sans lendemain. Rien n’est plus faux. À ce propos, je soutiens le projet initié par le Premier ministre du GPK Mass Lḥasen Ziyani de créer un parlement kabyle. C’est une entreprise laborieuse qui requiert une forte adhésion populaire aussi bien en Kabylie que dans la diaspora. Tout le monde sait que ce futur parlement ne sera pas parfait. Sa composition sera remise en cause par ces mêmes KDS et sera violemment attaquée par le régime algérien qui arguera comme toujours une manipulation de l’étranger, etc. Pour autant, quelque que seraient ses premières insuffisances, il aura le mérite d’exister et il finira par s’imposer. La Kabylie a un besoin urgent d’un tel instrument de sa représentativité ici et à l’international.  
 
Nous croyons savoir que vous comptez lancer une fondation prochainement ?
En effet. Il s’agit de la Fondation Si Muḥ u Mḥend qui sera dédiée à la production littéraire, artistique et plus largement culturelle dans notre langue. De nombreux acteurs culturels ont adhéré déjà au projet. Je profite de l’occasion que kabyle.com m’offre pour annoncer qu’à l’occasion du 111ème anniversaire (28 décembre 1905) de la mort de notre poète et philosophe, la Fondation lui rendra un hommage sous le signe de la Kabylie indépendante. Je lance un appel aux citoyens pour venir nombreux honorer cet homme exceptionnel qui a vécu dans sa chair la perte de souveraineté de notre chère patrie.
 
Le mot de la fin Mass Mézaoui
Seule une Kabylie indépendante avec un propre gouvernement peut prendre en charge les aspirations de liberté et de démocratie de son peuple.
Dans toute l’Algérie, le racisme antikabyle se propage car il est encouragé par l’état lui-même. On le voit à travers les arrestations et les harcèlements que subissent les militants souverainistes dans l’indifférence totale des Algériens.
Mais le plus dramatique est sans doute le détachement affiché par les partis politiques, notamment le FFS et le RCD par rapport à ces exactions qui touchent des militants qui ont été leurs frères de combat il n’y a pas si longtemps et qui restent leurs frères tout court.
Le dédain des appareils de ces partis pour les attaques actuelles contre la Kabylie et une frange de ses citoyens vont bientôt les toucher eux-mêmes. C’est une certitude écrite.
 
Entretien réalisé par Balak.A

Vous devez être connecté pour lire la suite de cet article.

Connectez-vous ou inscrivez-vous si vous n'avez pas encore de compte.

De Tarik UZEYYAD À HOCINE Aït Ahmed - Entretien avec Hamid Mezaoui, auteur et militant de la cause identitaire

Commentaires

Merci pour votre point de vue vrai et juste. Les artistes Kabyles sont essentiels à notre démocratie et pour oeuvrer a notre liberté à travers la sauvegarde de notre culture millénaire..vive la Kabylie independante

Cet entretien est plus que parfait,  tout ce que a été dit  est une realité, l'Algérie n'a jamais été une nation, la kabylie a été de tout le temps le bastion de la democratie, laicité et tolerance, Mamlheureusement les arabo islamo baathiste ont tous  demoli, ils detruiront encore plus d'avantage la kabylie. 

Excellent article, analyse très pertinente. Le modèle arabo-islamiste n'est pas transposable aux kabyles. Les romains de l'antiquité avaient déjà fait le récit du peuple Kotama organisé en 5 confédérations démocratiques, basé sur l'entraide et la solidarité, la tolérance, la liberté.

Comme d'habitude, tu nous régale Balak avec tes bons papiers , Franchement vous etes un grand journaliste   de K.COM, cet article est plus que paerfait. Nous vous soutenons, continuez à nous reveiller. Un lecteur assidu de K..C . VIVE K.COM. vive la kabylie 

Analyse juste et parfaite de la situation. Vous ne pouvez pas être plus juste que ce que vous venez de nous dire là. Merci monsieur Mezaoui. Tanemirt

C'est triste a dire, mais de tels entretiens, simples, clairs et nets, c.a.d. AU POINT - sont encore necessaire, plus d'une decennie apres les assassinats du rebel et MARTYR; mais surtout de la frange de la jeunesse Kabyle la plus saine.

Ca vient complementer, le travail d'eveil et de reveil de Mr Nat Chebib, President du MAK - encore inacheve'.

Certes, la construction et non l'imposition d'un parlement est une necessite', mais une telle institution ne saurait reussir, comme il le faut, sans un support culturel, allant depuis LA PRATIQUE QUOTIDIENNE jusqu'a LA FORMALISATION DES VALEURS ET REGLES QUI EN DECOULENT - c.a.d. DES LOIS.

Specifiquement, LES TEXTES DE LOI - d'ou la langue dans tous les sens, mais surtout LINGUISTIQUES devient l'outil incontournable - le tourne-vis de l'electicien, le marteau du charpentier, le couteau du boucher. Car, une Loi, n'a de sens sans son Application et renforcement.

A mon sens, la Democratie, independance etc. n'ont de sens et ne peuvent en avoir, sans cela: Des institutions d'execution de ces lois, qui expriment l'aspiration des Kabyles et la transforment en Volonte' maitresse sur son territoire - La Kabylie.

Bref, merci de nous rappeler que la Kabylie ne manque pas d'Hommes Producteurs de cette substance existentialiste et primaire, de la pense'e Kabyle Independante et COMPLETE.

Azul;

Je tiens à vous félicitation vivement pour votre attachement à nos valeurs culturels et identitaire,je suis tres ému.

Je suis artiste peintre et militant berbere de bgayet, sans aucune tendance politique partisane, je serais tres ravis de connaitre toute personne qui affiche les memes ambitions.

Voici ma page FBook: nurdin muqrani tamughli.(compte et page FBook).

Bravo et félicitations.

 

N.MOKRANI

 

Ajouter un commentaire