Vous êtes ici

Des milliers de ruches d’abeilles dévastées par des incendies criminels en Kabylie

En effet, trois produits sont extrait des ruches à savoir : le miel, le pollen, la propolis et enfin le cire. Il à signaler que, l’abeille cet insecte social vit en colonies très organisées comprenant la reine dont la vie peut atteindre jusqu’à cinq ans. Elle est la seule à assurer la production de la colonie. La ruche comprend aussi des ouvrières et des faux  bourdons. Pour les premières, leur tache capitale est l’approvisionnement de l’extérieur en nourriture de la reine et des larves. Elles assurent   également  la protection, la construction, le nettoiement, la climatisation et la  défense des occupants de la ruche. Par conséquent, leur durée est  réduite à cinq  et six mois. Pour ce qui est des faux bourdons, un seul fécondera la reine, et ce dans un vol nuptial collectif. Cet  «  honneur » reviendra au meilleur qui sera au préalable sélectionnée par la reine, le reste du collectif sera anéanti par les ouvrières.   Le prélèvement par l’homme du miel lui impose la mise à la disposition des abeilles d’un aliment de substitution qui est présenté sous forme d’un sirop à base de sucre. L’apiculteur procède à l’approvisionnement des abeilles en cet aliment en grande quantité en hiver et entant que stimulant en d’autres périodes. Les ruches traditionnelles et les ruches actuelle : L’apiculture est pratiquée autrefois dans des ruches traditionnelles faites en liége, jugée par les scientifiques agronomes d’incommodes surtouts quand, il s’agit de la récolte du miel. En plus de l’exiguïté de ces ruches, les abeilles sont exposées aux multiples maladies se trouvant ainsi dans une situation vulnérable. A aujourhui, l’élevage se fait dans des ruches appelées «  LONG BOTH »comprenant un corps clique, une hausse, un couvre caddy et un couvercle, le tout  se repose sur un plateau. La ruche est isolée du sol par une pose ruche métallique.  La ruche actuelle préserve la colonie au moment de la récolte ce qui explique son adaptation au suivi et au traitement.

Les trois maladies redoutées par les apiculteurs

L’apiculture qui doit être en permanence à l’état de veille pour éviter les contaminations des essaimes d’éventuelles maladies qui peuvent être néfastes pour les abeilles, parmi ces maladies les plus connues ; on notera, (LA VAVROASE, LA FAUSSE  TEIGNE et la LOQUE AMERICAINE.  La varoise est un parasite qui se nourrit de l’Hémolymphe des abeilles qui ne peuvent  pas s’en débarrasser, pour  le combattre efficacement, l’apiculture doit procéder à l’implantation de rubans d’apostant. La 2ème   maladie est déclenchée par un papillon parasite appelé Fausse teigne. Ce dernier se manifeste par le biais de ses larves qui se développent aisément dans la ruche  en dévorant le miel, la cire et le couvain, la colonie est ainsi détruite. Pour  y remédier, il est impérativement conseillé à l’apiculture d’isoler la ruche attaquée et la nettoyer par des produits de traitements permettant ainsi l’élimination définitive des larves et œufs

Programmes de développement de l’apiculture au niveau régional

La subdivision agricole de la wilaya possède un parc apicole au niveau de 67 communes, s’élevait à septembre 2007 à 30568 ruches pleines exploitées par 500 apiculteurs .Un responsable de la direction de l’agriculture de la wilaya, nous dira : «  ce parc est né de l’acquisition sur fonds propre des agriculteurs, des programme PCD et du budget de la wilaya. La question de savoir si d’autres programmes de  développement ont été lancés par les différents services concernés  notre vis avis, dira : «  il faut mettre en exergue la mise en place du fond, qui permis de cibler de nouveaux bénéficiaires parmi les agriculteurs, mais aussi les jeunes diplômes. Abondant dans le même sens, notre interlocuteur , nous explique, que ce programme a permis rien que pour la campagne 2006 -2007 a pas moins de 200 nouveaux bénéficiaires totalisant 114000 ruches pleines. Le nombre actuel de ruches au niveau des 67 communes d’atteindre 808940 ruches pleines. Aussi, faut –il le souligner que le même programme a permis l’installation en 2001 de deux pépinières privées apicoles destinées à la production d’essaims et de reines ainsi que d’une menuiserie apicole au niveau de la CASSAP agence de OUED –AISSI pour la fa fabrication de ruches.

Comment bénéficier de subvention pour des ruches pleines ?

Trois opérateurs administratifs interviennent lors de la procédure pour l’octroi d’une aide qui vient quelquefois en complément à d’autres activités agricoles de manière à diversifier son revenu ou au contraire pour soutenir des apiculteurs déjà productifs. En collaboration avec l’agriculteur, la subdivision agricole passe d’abord par la conception du projet avant de le finaliser et le déposer au niveau du comité technique de wilaya. Ensuite ledit projet atterrira au niveau de la DAS (direction des services agricoles) pour en décider du soutien au projet ou de son annulation. Ce n’est qu’à cette étape que le volet financier est abordé pour un crédit bancaire, une subvention et la domiciliation du projet. A ce sujet, un responsable de la DAS  nous dira : « On peut dire que ces trois structures s’en sont assez bien tirés. Reste quand même, que des améliorations peuvent être apportées en matière d’allégement des procédures administratives pour éviter à l’agriculteur les incessants va et vient. ».                                                                        

Pourquoi la productivité a-t-elle sensiblement chuté ?

Les causes de la régression de la production du miel sont, selon un apiculteur professionnel, en rapport avec les conditions climatiques. La région, ajouta-t-il, a connu des saisons printanière  très courte ces derniers temps où il n y a pas eu floraison suivi d’une rude sécheresse, ce qui a rendu la tâche des plus difficiles pour les différents essaimages. Pour d’autres cette faiblesse en production et son prix élevé sont dus à quelques points faibles tels que le non disponibilité du sucre destiné aux abeilles. S’ajoute à cela la pollution des points d’eau et ruisseaux où l’apiculteur se retrouve contraint d’approvisionner ses ruches en eau potable même pour les ruches les plus éloignées.

Pas moins de deux cent cinquante milles ruches en été dévastées par des incendies criminels entres juillet et aout en "haute Kabylie".

Selon la chambre de l’agriculture de la wilaya de Tizi-Ouzou, des milliers de ruches d’abeilles   ont été ravagées par les feux de forets  d’origine criminelle qui ont frappé la région de la haute Kabylie de plein fouet l’été dernière. Il impératif de le souligner, que  l’apiculture  est la troisième activité immémoriale  et une source économique inestimable de la Kabylie, après l’olivier et le figuier, le miel  représente   la fierté, l’identité, l’histoire  et la culture de tout un peuple millénaire. Pour mettre la Kabylie à genoux, les forces démoniaques, néocolonialistes  et despotiques,  sans âme  ni conscience, n’ont pas hésité  à    démolir  délibérément et   à jamais les produits des terroirs du peuple kabyle. Pour rappel, des milliers d’hectares  de champs d’oliviers, figuiers et des centaines de  vergers  ont été réduits  en cendres. La Kabylie  est vidangée  de ses richesses naturelles. Les ennemis de l’humanité ont encore frappé fort ! Nous tenons à remercier vivement, l’association des apiculteurs de  la wilaya de Tizi Ouzou  et le directeur de la subdivision agricole de Larbaa Nath Iraten     pour leur contribution à ce reportage.    

Reportage réalisé par : Balak.A  

Vous devez être connecté pour lire la suite de cet article.

Connectez-vous ou inscrivez-vous si vous n'avez pas encore de compte.

Thèmes associés: 

Commentaires

La kabylie  est en voie de disparition , le pouvoir repressif ne menage aucun effort pour detruire à jamais le peu de richesses que compte la kabylie. Dommage le peuple  est anestisié et indifférent.  Trés bon reportage. Merci à K.C

azul; celui qui brule une foret est un criminel et il est condanner a mort comme un tueur en EUROPE. . chez nous soit il est soldat peureux , analphabete et d,origine nomade . donc la foret ne signifie rien pour lui . soit il a des priblemes sociaux. pas d,argent , pas de boulot , ni appartement . TIMURT va male  a cause de ce peuple batard .

Aux kabyles d'appliquer l'heritage islamique pour les femmes et de fermer les bars ce 27.10.2017 pour éviter ces punitions d' ALLAH incendie séisme déluge glissement de terrain séisme les accidents de la route de train les virus arrêt cardique un homme averti en vaut deux

@medhi mountather
Dehors les barbus obscurantistes ! Prêcheurs de haine et antiprogressistes, complices du pouvoir assassin, tortionnaires et corrompus. On va vous foutre dehors, j'y veillerai personnellement. Pauvre abruti. Retourne en Arabie chez les bédouins, dégage ici c'est la kabylie !

C'est triste de voir la paranoïa et la suspicion qui gangrène les Kabyles. Dès qu'une personne essaie d'avancer une opinion originale, on accourt à son lynchage en la traitant de vendu et traître. Plus besoin de débat et d'échange d'idées. Tout le monde y passe. Est ce cela le modèle d'État démocratique que nous propose Ferhat et le MAK?

Poser la question en sens inverse, si Yidir serait accuillé a bras ouvert par le régime colonial, le premier but, c´est pour des fins purement de propagande.  Ydir , on acceptant cette invitation déguisée et sans aucune vrais volonté,  il  sait  en fond de lui  pertinemment qu´il  n´est pas libre de son action comme artiste en fin de carierre qui souhait venir á alger en toute libérté, supposé  faire ses adieux á la guitar  mais conditionné par le politique despotique des gens qui l´ont invité pour leur chanter je ne sais vraiement quoi?

[email protected]

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.