Vous êtes ici

Flux d'infos amazighes

Prisonniers politiques amazighs - Lettre de Rachid Raha au ministre allemand des Affaires étrangères

Amazigh 24 portail berbère - ven, 2017-02-17 18:36
Prisonniers politiques amazighs - Lettre de Rachid Raha au ministre allemand des Affaires étrangères

A Son Excellence,

M. Sigmar GABRIEL,

Ministre fédéral des Affaires étrangères de la République Fédérale d'Allemagne

Objet : Demande urgente d’intervenir pour sauver la vie du leader des Mozabites

Excellence,

Du fait que vous entamez une visite officielle en Algérie, ce lundi 20 février, en accompagnant votre chancelière Mme. Angela MERKEL, afin de discuter avec les hautes autorités algériennes de dossiers d’intérêts économiques communs et de la question des émigrés sans-papiers, nous vous demandons de bien vouloir inclure dans votre agenda, l’épineux dossier des droits humains dans la région du Mzab, où le leader pacifiste Dr. Kameleddine Fekhar, risque de perdre la vie à tout moment, après un mois et demi de grève de la faim.

Excellence,

Nous vous informons que les autorités algériennes, au lieu de respecter la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, violent délibérément les droits humains au Mzab (et aussi dans d’autres régions amazighophones comme la Kabylie, comme en atteste les événements de Bejaïa et le pays tuarègue), en continuant à détenir injustement des dizaines de militants des droits humains dont notre représentant le Dr. Kameleddine Fekhar et ses compagnons, victimes de fausses et très graves accusations dont celles d’atteinte à l’intérêt national et outrage à corps constitué, et en condamnant à l’exil d’autre militants comme notre président délégué de notre ONG en Algérie , M. Khodir Sekouti. En sachant que «  l'Algérie est liée par l'article 2 de l'accord d'association avec l’Union Européenne, qui stipule qu'un élément essentiel de l'accord est le respect des principes démocratiques et des droits fondamentaux de l'homme… ».

Hélas ! Le gouvernement algérien vient de renvoyer cette affaire devant le tribunal criminel, malgré le fait que leurs avocats (Maîtres Salah DABOUZ, Nourredine AHMINE, Abdelhak MELLAH, Mustapha BOUCHACHI, A. Sid BELHAKEM, Dadi OUBEKA, Rafik CHALABI..) dénoncent plusieurs et flagrantes irrégularités de l’affaire depuis la décision de l’arrestation en soulignant le caractère éminemment politique de cette affaire. Ce collectif d’avocats a précisé que : “Nous avons relevé le fait que l’Exécutif pèse de tout son poids pour influencer la justice dans la prise de décision”, et “la manipulation des services de sécurité par l’Exécutif”.

En plus, les déclarations d’Ammar Saadani,  précédent Secrétaire Général du parti politique au pouvoir, le FLN, accuse directement l’implication de l’ancien chef de la DRS, des services secrets militaires, le Général Mohamed Médiène dit « Taoufik », dans ces tragiques événements de Ghardaïa de 2013 à 2015, et la justice algérienne, comme le dénonce ce collectif d’avocats, n’a rein fait !

Excellence,

L’Etat algérien continue malheureusement à mener une politique génocidaire à l’encontre du peuple mozabite, en soutenant la communauté arabophone «Chaânba» qui agresse continuellement cette communauté autochtone amazighe, en provoquant à un certain moment l’assassinat de plus d’une trentaine de personnes en sus de plus d’une centaine de blessés…(voir notre rapport détaillée : www.amazigh24.com/sites/default/files/ama_rapport_mzab_nov15.pdf ). Et c’est pour cela que nous voulons que vous essayez de protéger les personnes et leurs biens matériels et d’exiger des autorités algériennes de traduire en justice tous les responsables, les agents des autorités algériennes (polices, gendarmes et agents de renseignements), qui ont violé toutes les lois nationales, conventions internationales et instruments internationaux des droits humains.

Excellence,

Nous vous réitérons notre exigence à réagir suite à notre urgente alerte, afin  de sauver la vie de ce grand militant des droits humains qu’est Dr. Kameleddine Fekhar, et d’exiger sa libération immédiate et celle de tous les prisonniers politiques mozabites et par conséquent, appelez à l’ordre les autorités algériennes à se conformer au droit international,  et d’arrêter une fois pour toute leur politique d’agression à l’encontre du peuple amazigh et plus particulièrement du peuple mozabite.

En vous remerciant de votre diligence, veuillez agréer, Excellence, l’assurance de ma considération fort distinguée.

Signé: Rachid RAHA

Président de l’Assemblée Mondiale Amazighe

Stéphane ARRAMI ven 17/02/2017 - 18:36
Catégories: Flux d'infos amazighes

Demande à l’ONU d’adopter des mesures en faveur du respect des droits des peuples amazighs

Amazigh 24 portail berbère - lun, 2017-02-06 20:13
Demande à l’ONU d’adopter des mesures en faveur du respect des droits des peuples amazighs

A Son Excellence,

M. Antonio Guterres, Secrétaire Général des Nations Unies

Objet : Demande à l’ONU d’adopter des mesures en faveur du respect des droits du peuple Amazighe d’Afrique du Nord (Tamazgha).

Excellence,

Avant tout, en mon nom personnel et au nom de l’ensemble des membres de l’Assemblée Mondiale Amazighe (AMA) et du peuple Amazigh, nous vous adressons nos sincères félicitations pour votre récente élection à la tête des Nations Unies, en tant que nouveau Secrétaire Général. Et nous vous remercions vivement, du fait que votre première visite officielle, commence par notre continent, qu’est l’ « Afrique », afin de participer au sommet de l’Union Africaine.

Ce 28ème sommet d’UA, à Addis-Abeba des chefs d’Etat et de gouvernements africains, s’est distingué par le retour du royaume du Maroc. Et je profite de ce moment historique pour attirer votre attention que les chefs de nos Etats nord-africains et les responsables gouvernements, que vous avez eu l’occasion de rencontrer, continuent, malheureusement, à mener des politiques de ségrégation injustes à l’encontre de peuple autochtone que sont les Amazighs, du fait qu’ils s’obstinent à se considérer comme des « Arabes », c'est-à-dire des asiatiques plutôt que des africains, et qu’ils ne ménagent aucun effort pour « arabiser » l’Afrique septentrionale, à cause de leurs idéologies baâtho-islamistes, obsolètes et importées du lointain Proche Orient, et qui sont à l’origine de la ruine d’ états entiers comme c’est le cas de la Syrie ou de l’Irak. Tant qu’ils n’assument pas leur vrai amazighité et leur entière africanité, ils continueront à se comporter comme des politiciens de régimes néo-colonialistes aux yeux de nos communautés, alors que la science et la génétique viennent de trancher qu’ils ne sont pas de tout « Arabes ».  Les résultats de l’immense étude d'anthropologie génétique lancée par National Geographic, sous le nom de The Genographic Project, en 2005, révèle, par exemple,  que les tunisiens sont irréversiblement Amazighs à 88%, comportant une infime proportion de gènes d’origine Arabe, juste 4%, et que les égyptiens, plus proche de la péninsule arabique, comptent avec 68% d’hérédité amazighe et seulement 17% de gènes asiatiques arabes. (https://genographic.nationalgeographic.com/reference-populations/).

Excellence,

Vous venez de déclarer que le succès des Nations Unies dans le monde repose sur son succès en Afrique, en particulier en ce qui concerne les politiques de développement. L’ONU devrait aider les gouvernements africains à mettre en œuvre avec succès l’Agenda 2030 pour les objectifs de développement durable, un plan d’action qui vise à éradiquer la pauvreté sous toutes ses formes et dimensions dans les communautés du monde entier. Sur ce plan, savez-vous, excellence, par exemple, pourquoi le royaume du Maroc se retrouve à la 130ème place de l’Indice de Développement Humain (IDH), établi par votre organisation (PNUD) ? Tout simplement, parce que les performances de l’éducation, de la santé et de l’alphabétisation des adultes sont très médiocres, en atteste l’actuel ministre sortant de l’Education Nationale qui reconnait que 78% des élèves à la fin de leur cycle primaire ne savent ni lire ni écrire, et que les étudiants qui ont obtenu leur baccalauréats ne savent rien de leur histoire marocaine à 90%, et encore moins de leur histoire africaine, sachant que leur continent, qui porte un toponyme amazighe, est le berceau de l’humanité tout entière. Pourquoi ? Tout simplement à cause de cette obstination politique éducative, basée sur l’«arabisation idéologique », et qui se caractérise malheureusement par la marginalisation volontariste de l’importance de la langue maternelle à l’école, allant à l’encontre des recommandations de l’UNESCO. Une politique de lavage de cerveaux qui infra-valorise la langue amazighe, une langue authentiquement africaine, et qui dévalorise l’identité autochtone et, qui surtout ignore dans les manuels pédagogiques l’histoire millénaire des Marocains et par extension des nord-africains, que constituent les Amazighs, connus sous le nom des « Hommes libres ».

Excellence,

Sachez, qu’avant que nous vous exposons les grands problèmes auxquels ont affaire les Amazighs, nous tenons à vous remercier vivement de tout ce que vous avez déjà entrepris en faveur de nos réfugiés touaregs, et plus particulièrement ceux qui se sont installés principalement à la frontière mauritano-azawadiènne dans le camps de Mbera lorsque vous étiez à la tête de Haut Commissariat aux Réfugiés.

En Azawad :

En pays touarègue d’Azawad, qui vient d’être frappé par un ignoble attentat dans la ville de Gao, nous tenons à vous évoquer que le refus d’octroyer à cette région une autonomie politique élargie, dans un cadre d’un Etat fédéral, comme l’avait proposé notre ONG (www.gitpa.org/web/AFO%20MALI%20charqi.pdf), à l’ancien médiateur Romano Prodi, il n’y aura aucun progrès relatif à la solution des différents problèmes dont souffrent les citoyennes et citoyens touarègues, peuls et maures. L’accord de paix et de réconciliation entre le Mali et la Coordination des mouvements azawadiens (CMA), issus du processus algérien en mai 2015, suite à des pourparlers globaux, n’a rien arrangé au gel de la situation. De même, la nouvelle colonisation militaire de la France, sous le prétexte de l’opération anti-térroriste de Serval (ou de Berkhane au nord du Niger), n’apporteront aucune paix à cette région de Sahel. Seuls les forces révolutionnaires azawadiennes sont capable d’affronter efficacement l’AQMI, ou tout autre mouvement djihadiste, dirigé et soutenu par les services militaires algériens (www.amadalpresse.com/RAHA/Touaregs.html) ou autres, à condition bien sûr de leur offrir des moyens adéquats. Nous insistons sur le fait que la paix et la stabilité dans cette région d’Azawad, ne peuvent se concrétiser sans la réponse totale aux aspirations du peuple azawadien, qui aspire à vivre dans un Mali en tant qu’Etat fédéral et que la région de l’Azawad bénéficie d’une autonomie politique avec des prérogatives larges d’autogestion.

En Algérie :

Nous avons le plaisir d’appeler votre attention pour vous alerter que les autorités algériennes, au lieu de respecter la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, violent délibérément les droits humains dans les régions amazighophones comme la Kabylie, et plus particulièrement le Mzab. Au sein de cette dernière, elles continuent à détenir injustement des dizaines de militants des droits humains dont notre représentant le Dr. Kameleddine Fekhar, qui est entre la vie et la mort à cause de sa quatrième grève de la faim. Ce leader mzabien et ses compagnons sont victimes de fausses accusations dont celles d’atteinte à l’intérêt national et outrage à corps constitué. Et à ce propos, lors de la visite officielle en Algérie, le 6 mars dernier, l’ancien Secrétaire Général, M. Ban Ki-moon nous a profondément déçue par son silence incompréhensible d’aborder cette politique génocidaire de l’Etat algérien à l’encontre du peuple mozabite, en soutenant la communauté arabophone «Chaânba » qui agresse continuellement cette communauté autochtone amazighe, en provoquant à un certain moment l’assassinat de plus d’une trentaine de personnes … (www.amazigh24.com/sites/default/files/ama_rapport_mzab_nov15.pdf). Et ce qui est encore plus surprenant c’est que les déclarations d’Ammar Saadani, précédant Secrétaire Général du FLN, accuse directement l’implication de l’ancien chef de la DRS, des services secrets militaires, le Général Mohamed Médiène dit « Taoufik », dans ces tragiques événements de Ghardaïa de 2013 à 2015, et la justice algérienne est restée mouette sans ouvrir aucune enquête judiciaire !

En plus et en dépit de l’officialisation de la langue amazighe, suite aux amendements constitutionnels algériennes annoncées fin décembre 2015, le pouvoir perpétue sa politique de ségrégation et de répression contre les autres Amazighs, comme   la continuation de la répression du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) et la liquidation de certains de ses militants, en plus du refus total de réponde à ses  revendications, en dépit de sa popularité au sein des Amazighs de la Kabylie.

En Libye :

En Libye, en dépit de notre soutien à la signature de plusieurs parties libyennes, d’un accord politique pour résoudre la crise que connaît le pays à Skhirat, mi décembre 2015, nous constatons, avec grand étonnement, l’exclusion des Amazighs du dialogue politique libyen par l’actuel représentant de votre organisation de l’ONU et par les pays qui parrainent ce dialogue. Ce n’est pas de tout normal que les révolutionnaires Amazighs libyens ont été déterminants à expulser le dictateur libyen, Mouamar Gadhafi, de la capitale Tripoli, et qui ont précipité sa chute, et par conséquent de contribuer su succès de la révolution, et que les nouvelles autorités continuent à ignorer l’instauration des droits amazighes et la reconnaissance officielle de la langue et de l’identité amazighes dans la future constitution de la Libye.

Nous voulons pas continuer à être attristés du fait que les Nations Unies n’exercent pas assez de pression sur les parties concernées, de sorte que la Libye post-révolutionnaire d’après Kadhafi, soit doté d’une constitution qui garantie les droits linguistiques et culturels des Amazighs, en faveur de la construction d’un Etat fédéral et démocratique, respectueux des chartes et pactes internationaux des droits de l’homme et des peuples, chose qu’on avait demandé au président  Faiz Essarraj (www.amadalpresse.com/fr/?p=668)          en lui affirmant que : « l’adoption d’un système de gouvernance fédéral constitue la solution idoine pour les problèmes du peuple libyen et la clé idéale pour ses constituants, quant à la réalisation de ses aspirations et espoirs, dans la cadre de l’unité territoriale libyenne . Moult expériences efficientes de pays qui ont choisi le fédéralisme ont réussis à résoudre leurs problèmes. Des pays, en majorité, qui jouissent de la pluralité de leurs composantes et ressemblent au peuple libyen composé d’Amazighes, de Touarègues, de Toubous et de Libyens arabisés. », comme une solution qui rentre dans le cadre de notre vif aspiration, à construire une Tamazgha confédéral l’image de l’Union Européenne (www.amadalpresse.com/fr/?p=327 ), une union des Etats d’Afrique du Nord qui garantit la libre circulation des personnes et des capitaux, et dont l’argent des ressources naturelles sera destiné au bien être social, plutôt que de le gaspiller dans la course à l’armement.

En Tunisie :

Nous avons déjà noté, concernant la république de Tunisie, notre dénonciation quant à la marginalisation totale et absolue de l’identité amazighe dans la constitution postrévolutionnaire, excepté l’autorisation donnée à un certain nombre d’associations amazighes. Nous constatons l’absence de décisions étatiques en relation avec l’amazighité. Les différents secteurs ministériels de tous les gouvernements tunisiens, depuis la révolution, n’ont initié aucune décision relative à la protection et à la promotion de la langue et de la culture amazighes, en dépit de la réalité lamentable s’y afférent. Les responsables politiques de la Tunisie continuent à classer leur pays parmi les pays dits « arabes », il en est de même de la majorité des partis politiques, des centrales syndicales et des associations tunisiennes, alors que c’est un pays essentiellement africano-amazigh, comme le prouve définitivement la génétique, et qui est connu par la fameuse citation du grand roi Massinissa : « l’Afrique aux Africains ».

Au Maroc :

Au Maroc, l’amazighité est toujours objet de discrimination, cinq ans après la reconnaissance officielle de l’amazighe comme langue officielle dans la constitution. Aujourd’hui, la proposition gouvernementale de loi organique pour sa mise en œuvre est pleine d’incohérence et d’obstacles, qui ne répond en rien aux propositions de la société civile amazighe ni à l’ensemble de ses associations et organisations. Déjà, notre ONG, l’Assemblée Mondiale Amazighe, à côté d’autres ONG amazighes (Association Tamazgha, Organisation Tamaynut et le Réseau Azetta), avaient exposé amplement les violations des droits des Amazighs aux Nations Unies, au Comité des droits économiques, sociaux et culturels qui avait examiné le quatrième rapport périodique du Maroc sur l’application du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, tenues à Genève les 30 septembre et 1er octobre 2015. (http://tbinternet.ohchr.org/Treaties/CESCR/Shared%20Documents/MAR/INT_C…).  A cet égard, les Nations Unies ont répondu positivement et elles ont reconnu le fait discriminatoire de l'Etat marocain à l'encontre des Amazighs à travers ce comité (http://apsoinfo.blogspot.com/2015/10/rapport-de-lexamen-periodique-du-m…). Dans ses observations finales, l’ONU avait recommandé au royaume du Maroc d’adopter le plus rapidement possible le projet de loi organique sur la langue Amazigh comme une des langues officielles de l’État et de redoubler ses efforts pour offrir l'enseignement primaire, secondaire et universitaire en Amazigh, augmenter la présence de cette langue dans la télévision et régler définitivement la question des prénoms Amazigh . Le Comité onusien avait recommandé aussi à l’État partie de prendre des mesures pour garantir aux Amazighs, la jouissance pleine et sans restriction de leurs droits … Mais, depuis cette date, les autorités marocaines n’ont rien fait du tout. Elles ont répondu par la sourde oreille et en atteste le budget national de 2016 et de cette année 2017 où il n y a aucun financement pour appliquer ces recommandations. Des recommandations qui pourrait mettre fin au système d’apartheid anti-amazigh de l’Etat marocain. C’est dans ce sens que nous voulons attirer votre attention pour que vous intercédez devant les autorités marocaines à les obligez de changer de cap, et à appliquer vos résolutions et à respecter les droits des Amazighs, au lieu de continuer à dresser des obstacles contre la généralisation de l’amazighité au sein de l’enseignement, des médias publics et dans l’administration, et aussi, à stopper l’expropriation et la spoliation des terres collectives tribales.

Excellence,

En définitive, dans votre discours à l’occasion de la nouvelle année 2017, correspondante à 2967 selon notre calendrier africain, vous avez lancé un appel de paix en affirmant « engageons-nous à faire de la paix notre priorité absolue ». Une année qui coïncide avec la commémoration de la décennie de l’adoption de la Déclaration universelle des droits des peuples autochtones.

Nous, les Amazighs, nous ferons tout pour que nos droits légitimes soient reconnus et nous demanderons incessamment à l’ONU d’être à nos côtés pour qu’ils ne soient pas bafoués par des Etats dictatoriaux et/ou néo-coloniaux, parce que notre culture amazighe est d’essence une culture de paix.

En vous remerciant de votre diligence, veuillez agréer, Excellence, l’assurance de ma considération fort distinguée.

Rachid RAHA

Président de l’Assemblée Mondiale Amazighe

Stéphane ARRAMI lun 06/02/2017 - 20:13
Catégories: Flux d'infos amazighes

Exigences pour l'amazighité en Tunisie

Tunisie amazighe - sam, 2017-02-04 13:09
Exigences pour l'amazighité en Tunisie

La Tunisie doit s'engager dans la co-officialité de tamazight, la langue berbère unifiée, comme ses parlers locaux, la chelha, la tachaouit berbères, la derja tunisienne. L'amazigh devra dans le futur du pays figurer dans sa constitution en tant que socle historique.

Stéphane ARRAMI04 févr. 2017
Catégories: Flux d'infos amazighes

Tanila

Prénoms amazighs - sam, 2017-02-04 10:28
Tanila Signification

De toutes les couleurs - Flamboyante.

Stéphane ARRAMI sam 04/02/2017 - 10:28
Catégories: Flux d'infos amazighes

La mairie d'Annaba refuse d’inscrire le prénom amazigh Tanila

Prénoms amazighs - sam, 2017-02-04 10:21
La mairie d'Annaba refuse d’inscrire le prénom amazigh Tanila Stéphane ARRAMI sam 04/02/2017 - 10:21
Catégories: Flux d'infos amazighes

Libye : comment sortir de l’impasse ?

Amazigh 24 portail berbère - mer, 2017-02-01 00:11
Libye : comment sortir de l’impasse ? Moncef Djaziri mer 01/02/2017 - 00:11
Catégories: Flux d'infos amazighes

Sauvons la vie du touareg indépendantiste Bachir Ag Ahmed

Amazigh 24 portail berbère - mer, 2017-01-25 11:02
Sauvons la vie du touareg indépendantiste Bachir Ag Ahmed

Communiqué urgent de l’Assemblée Mondiale Amazighe à propos de l’expulsion d’un citoyen touareg.

L’Assemblée Mondiale Amazighe informe l’opinion publique que M. Bachir Ag Ahmed Mohamed, un citoyen touareg de l'Azawad, est en train d’être expulsé MAINTENANT vers le Mali vers 22H à partir de l’aéroport de Casablanca, à cause d’une simple dissertation sur la reconnaissance de l’indépendance de l’Azawad au sein de l’Institut Royal Mohamed VI pour la Formation des Imams.

Nous demandons urgemment aux activistes amazighs et activistes des droits humains internationalistes d’envoyer des fax urgemment aux ministères des Affaires Etrangères (Fax : 00 212 537 76 55 08 / 00 212 537 66 01 62) et de l’Intérieur (00 212 537 76 20 56 / 00 212 537 76 74 04) du royaume du Maroc, afin de leur demander l’arrêt immédiat de cette injuste expulsion à cause des opinions politiques d’un étudiant touarègue, exprimées de manière pacifiquement.

A cause de ses opinions, M. Bachir Ag Ahmed Mohamed, risque d’être emprisonné ou même il pourrait être objet d’assassinat politique et nous portons l’entière responsabilité de son intégrité et de sa sécurité physique et morale aux autorités marocaines.

L’Assemblée Mondiale Amazighe invite les militants et les militantes de mouvement amazigh et les responsables des organisations des droits de l’homme, nationales et internationales, d’agir le plus vite possible et de se mobiliser pour soutenir et pour se solidariser avec notre ami touarègue Bachid Ag Ahmed.

24/01/2017

Stéphane ARRAMI mer 25/01/2017 - 11:02 Tags touareg
Catégories: Flux d'infos amazighes

Le Dr. Kameleddine Fekhar annonce une cinquième grève de la faim

Amazigh 24 portail berbère - mer, 2017-01-11 13:10
Le Dr. Kameleddine Fekhar annonce une cinquième grève de la faim

En raison des conditions inhumaines des détenus dans les prisons : le Dr. Kameleddine Fekhar annonce à nouveau une grève de la faim.

Avec le début de l'année 2017 et plus de 18 mois après l’instauration de l'état d'urgence dans le Mzab, l’arrestation arbitraire du Dr. Kameleddine Fekhar et des dizaines de militants des droits de l'homme sans procès, l’ensemble de la population du Mzab attend la concrétisation des promesses des autorités locales annoncées par le Wali de Tagherdayt, Azzedine Mecheri, concernant la libération des détenus. Mais le temps a démontré la réalité de ses déclarations qui relèvent d’une simple manipulation, très répandue dans les régimes dictatoriaux, visant à absorber le mécontentement éprouvé par les citoyens et tromper l'opinion publique nationale et internationale, notamment après les mouvements de soutien enregistrés dans plusieurs capitales du monde ainsi que les pressions exercées par les organisations mondiales de défense des droits, des associations amazighes et les députés du Parlement français sur les autorités algériennes pour la libération du Dr. Kameleddine Fekhar et les détenus mozabites.

Après la récente visite des familles aux détenus de la prison Mnéa, le 1er Janvier 2017, le constat a été unanime quant aux souffrances des détenus qui continuent de subir des harcèlements et des pressions de la part de l'administration pénitentiaire qui les a mis en détention préventive, dans des cellules avec des prisonniers ayant fait l’objet d’un jugement définitif. Cette mesure injuste est en violation flagrante de la loi et des droits humains. L’absence de prise en charge en matière de soins a poussé le détenu Tabakh Aissa, souffrant d'asthme, à entamer une grève de la faim le 27 Décembre 2016, et ce, suite à une dégradation de sa capacité à respirer du fait qu’il a été placé dans une cellule avec des prisonniers fumant fréquemment ainsi que le refus de l’administration de le mettre dans une autre cellule.

Aussi, le détenu Oyaba Mustafa a été victime de pressions de la part de l'administration pénitentiaire qui lui a signifié une fin de non-recevoir concernant sa demande de se rendre aux obsèques de son père décédé dernièrement. Un droit bafoué par un État de non droit.

De nombreuses personnes âgées et les personnes atteintes de maladies chroniques souffrent de l'absence de soins et de conditions de détention provisoire misérables. Cela a récemment conduit à une détérioration de l’état de santé du détenu Bousnan Ibrahim, 70 ans, transporté en urgence à l'hôpital puis libéré en compagnie de deux autres détenus âgés afin d’éviter qu’ils ne meurent en prison et palier à un autre scandale à l’instar du journaliste Talmat, décédé à l’intérieur de la prison. Il est à rappeler que 3 détenus mozabites âgés, sont décédés depuis 2015 à nos jours dans des conditions inhumaines et suspectes.

Le 3 janvier 2017, Le Dr. Kameleddine Fekhar a entamé une cinquième grève de la faim depuis son arrestation afin de protester contre le harcèlement continu de l'administration pénitentiaire et les conditions de sa détention préventives médiocres, son placement dans une cellule isolée sans chauffage ni couvertures dans cette période d’hiver et sans soins. L’administration refuse de le prendre en charge alors qu’il souffre d’une hépatite. Son action est aussi une forme de protestation contre la non libération des détenus et l'absence de réponse à ses demandes auprès du tribunal afin de convoquer le ministre Ouyahia, le général Toufik et Ammar Saidani pour les interroger sur les événements de Taghardayt ainsi que l'absence de réponse au sujet de la plainte introduite contre les fonctionnaires de la police qui l’ont torturé durant son arrestation.

Les abus que subissent les détenus mozabites entrent dans le cadre des pressions exercées par les autorités algériennes sur le peuple mozabite pour l’obliger à accepter « l’accord de réconciliation » et contraindre le Dr Kameleddine Fekhar et ses camarades à abandonner la revendication des droits des At Mzab et cesser de réclamer la poursuite des auteurs et des vrais responsables des événements de Taghardayt. Le régime algérien tente d’effacer toutes les preuves de son implication dans des crimes contre l’humanité au Mzab et clore définitivement ce dossier.

Nous renouvelons notre appel à toutes les organisations nationales et internationales de défense des droits de l’Homme et à toutes les forces vives dans le monde afin d’intensifier les pressions sur le pouvoir algérien pour la libération inconditionnelle du Dr Kameleddine Fekhar et ses compagnons.

Gloire et éternité pour nos martyrs, liberté pour le Dr Kameleddine Fekhar et ses compagnons.

Ni votre prison, Ni votre exil, ni vos pressions ne pourront arrêter notre marche vers la liberté.

Le Porte-parole officiel du Mouvement pour l'Autonomie du Mzab,

Khodir Sekkouti 5 janvier 2017

Stéphane ARRAMI mer 11/01/2017 - 13:10
Catégories: Flux d'infos amazighes

Le Collectif National des Amazighs de France reçu par la Ministre de la Ville

Amazigh 24 portail berbère - mar, 2017-01-10 22:58
Le Collectif National des Amazighs de France reçu par la Ministre de la Ville

Une délégation du Comité de suivi du Collectif National des Amazighs de France (CNAF) reçue par Mme Hélène Geoffroy, Ministre de la Ville

Une délégation du comité de suivi du CNAF composée de Brahim Medjoubi (Nantes), Bouzid Sennan (Marseille), Athman Sayad (St-Etienne), Nadia Akkar et Rahma Houzig (Ile de France) et Belkacem Lounès (coordinateur du Comité de suivi) a été reçue par Mme Hélène Geoffroy, Ministre de la Ville le 22 décembre 2016 au siège du Ministère à Paris. A également assisté à la rencontre, Mme Sakina Bakha, conseillère de la Ministre.

La rencontre a duré environ 2h et a permis d'aborder les différents aspects de la question amazighe en France, notamment les dimensions historique et démographique, l'apport des Amazighs dans les différents domaines, la lutte contre les discriminations, la défense de la laicité et de la diversité culturelle portées par les associations socioculturelles franco-amazighes.

La question de l'idéologie islamiste, de son implantation et de son développement en France ont également pris une large place dans les discussions. Les représentants du CNAF ont notamment dénoncé le laxisme, voire le soutien apporté par des institutions de la République comme l’Education Nationale ainsi que beaucoup d'élus locaux à la propagation des idées islamistes pourtant ouvertement obscurantistes et rétrogrades. Les membres du CNAF ont insisté sur le fait que la lutte contre l’islamisme ne peut se limiter aux mesures de déradicalisation.

Sensibiliser les enfants et les jeunes d’origine nord-africaine à la culture amazighe laique, est une des manières
de les éloigner de l’influence de l’extrêmisme religieux. La France ne devrait pas enseigner à ces jeunes qu’ils sont tous d’origine arabe et que leur religion c’est l’Islam, car cela n’est pas vrai pour au moins la moitié d’entre eux. En revanche, ne serait-ce que comme contre-discours, on devrait apprendre en France que St-Augustin, un des pères de l’Eglise catholique était un amazigh.

Mme la ministre a beaucoup écouté ses interlocuteurs et a posé beaucoup de questions sur la culture amazighe, sur les activités des associations franco-amazighes et sur le contenu du message et des propositions des Amazighs de France. Elle a prodigué aux membres de la délégation du CNAF ses encouragements à poursuivre leurs actions en faveur de la défense de la culture amazighe tolérante, laique et ouverte sur l’universel. En conclusion, elle a assuré ses
interlocuteurs du soutien de son ministère, tant au niveau local que national, aux associations amazighes qui oeuvrent sur le terrain pour promouvoir la diversité culturelle et l’égalité entre les citoyens de la République.

Paris, 25/12/2016
Comité de suivi du CNAF

Stéphane ARRAMI mar 10/01/2017 - 22:58
Catégories: Flux d'infos amazighes

Yennayer 2967 dans les Aurès du 12 au 14 janvier 2017

Amazigh 24 portail berbère - dim, 2017-01-08 11:46
Yennayer 2967 dans les Aurès du 12 au 14 janvier 2017 Stéphane ARRAMI dim 08/01/2017 - 11:46

Des Canyons du Ghoufi vers Timgad, un voyage dans le temps, entre la ville typique Berbère et la ville Romaine de Batna.

Contact : 07.70.31.13.47 // 07.70.31.10.56 //021.94.84.36
Email: [email protected]

Programme :

J-12.01.17 Départ par bus à 09h à partir de l'agence Timboo.

- Déjeuner en cours de route.
- Arrivée à El-Ghoufi en fin de journée.
- Installation dans une maison d’hôtes traditionnelle.
- Diner; kaada animée.(Célébration de Yennayer et traditions de la région).
J-13.01.17 Matinée départ pour une randonnée guidée vers les magnifiques balcons du Ghoufi.
- Déjeuner en pique-nique. Profiter de la nature; un moment de ressourcement.
- Après midi visite guidée de la région et alentours.
- Fin de journée retour à la maison d'hôtes.
- Diner; kaada animée.
J-14.01.17 Matinée départ vers Timgad visite guidée de la ville romaine.
- Déjeuner.
- Retour à Alger vers 14h.30.
Le prix comprendra : Transport, Hébergement, Restauration en pension complète (petit déj, déjeuner, goûter, dîner), Animations, Assurance individuelle accident, guide et accompagnateurs de l'agence.
Prix : 18.000,00 dzd/personne.
-50% pour les -12ans.
Gratuit pour les -5ans.
Chaque inscription confirmée est validée par un contrat de voyage.

https://www.facebook.com/TimbooVoyage/posts/1370832426271857


 

Rubrique Le direct
Catégories: Flux d'infos amazighes

La Cour Pénale Internationale n’a pas de compétences sur les crimes commis par l’Algérie au Mzab

Amazigh 24 portail berbère - dim, 2017-01-08 11:34
La Cour Pénale Internationale n’a pas de compétences sur les crimes commis par l’Algérie au Mzab

Le président de l’Assemblée Mondiale Amazighe (AMA), Rachid RAHA, vient de recevoir la réponse du Procureur de la Cour pénale internationale, concernant les flagrantes violations des droits humains et les crimes commis par l’Etat algérien à l’encontre du peuple mozabite.


Mark P. Dillon, du bureau de procureur signale que : « la Cour pénale internationale (ci-après nommée la « CPI » ou la « Cour ») est régie par le Statut de Rome, lequel confère à la Cour une compétence et un mandat particuliers et bien définis. L’un des aspects fondamentaux du Statut de Rome (articles 12 et 13) est la stipulation que la Cour peut seulement avoir compétence sur les crimes internationaux si :

- i) l’État sur le territoire duquel le crime a été commis accepte la compétence de la Cour;

-ii) la personne accusée est ressortissante d’un État ayant accepté la compétence de la Cour;

-iii) la situation est déférée au Procureur par le Conseil de sécurité agissant en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations Unies.


Il ajoute que : « Selon les renseignements dont nous disposons actuellement, il semble qu’aucune de ces conditions préalables soit remplie en ce qui concerne le comportement décrit. Par conséquent, comme les allégations ne semblent pas relever de la compétence de la Cour, le Procureur a confirmé qu’il n’existe actuellement aucune base justifiant une analyse plus poussée. Les renseignements que vous avez soumis seront versés dans nos archives. » Mais il précise que : « et la décision de ne pas poursuivre l’analyse pourra être revue si de nouveaux faits ou éléments de preuve fournissent une base raisonnable de croire que les allégations relèvent de la compétence de la Cour. La décision pourra également être revue si les États en question acceptent la compétence de la Cour ou si le Conseil de sécurité effectue un renvoi » et que : «  la CPI a été conçue pour être le complément des juridictions nationales, et non pour les remplacer. Ainsi, si vous souhaitez poursuivre cette affaire, vous pourrez peut-être songer à la soumettre aux autorités nationales ou internationales compétentes. ».

Rachid RAHA dim 08/01/2017 - 11:34 Nations Unies de Tamazgha Mzab Tags La Cour Pénale Internationale
Catégories: Flux d'infos amazighes

« Nos Révolutions ont été tuées dans l’œuf par les puissances occidentales »

Amazigh 24 portail berbère - ven, 2016-12-16 13:02
« Nos Révolutions ont été tuées dans l’œuf par les puissances occidentales » Mohammed Hifad… ven 16/12/2016 - 13:02
Catégories: Flux d'infos amazighes

La Mémoire collective en Afrique du Nord : entre les termes « aromi » et « bessif »

Amazigh 24 portail berbère - lun, 2016-12-12 10:07
La Mémoire collective en Afrique du Nord : entre les termes « aromi » et « bessif » Ali KHADAOUI lun 12/12/2016 - 10:07
Catégories: Flux d'infos amazighes

Pain berbère

Amazigh 24 portail berbère - dim, 2016-12-11 12:56
Pain berbère Stéphane ARRAMI dim 11/12/2016 - 12:56 Pays Tunisie Téléphone

216 92 630 447

Site web Pain Berbère Catégorie de l'annuaire Itunsiyen Annuaire par zone géographique Gastronomie
Catégories: Flux d'infos amazighes

Imgoune Life - Sghoyyat Ayamazigh

Amazigh 24 portail berbère - sam, 2016-12-10 12:54
Imgoune Life - Sghoyyat Ayamazigh Stéphane ARRAMI sam 10/12/2016 - 12:54
Catégories: Flux d'infos amazighes

Nador - Premier Forum National des Amazighs du Maroc

Amazigh 24 portail berbère - ven, 2016-12-09 11:37
Nador - Premier Forum National des Amazighs du Maroc Rachid RAHA ven 09/12/2016 - 11:37

Le journal "Le Monde Amazigh" en collaboration avec l’ Association des Femmes pour le Développement et les Affaires Sociales et le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie du Maroc, et avec le soutien de la Fondation allemande « Friedrich Neumann», organise le PREMIER FORUM NATIONAL DES AMAZIGHS DU MAROC, à la ville de Nador, dans la région du Rif, à l’Hôtel Annakhil, sis au Boulevard de Tanger, le samedi 10 et dimanche 11 décembre 2016/2966.


Ce Forum s’organise à l’occasion de la journée mondiale des droits de l’homme, afin de former les jeunes et les jeunes femmes dans le domaine de la défense des droits humains et des droits des femmes.

Dans le cadre de la formation des jeunes et des jeunes femmes sur l’approche basée sur les droits de l’Homme, ce premier Forum Nationale des Amazighs du Maroc vise à renforcer les capacités d’analyse et de planification stratégique orientée vers des résultats afin de permettre aux jeunes et aux femmes de participer à la conception, la mise en œuvre, le suivi ou l’évaluation d’une politique de défense des droits humains.


Les ateliers prévues, qui seront assurés par des experts académiques et de terrain, permettront aux participants de :
- Connaitre le cadre normatif international des droits de l’Homme et le contexte marocain des droits de l’Homme.
- Améliorer leurs connaissances sur les instruments internationaux, régionaux et nationaux de protection des droits de l’Homme et sur les instances dédiées à la protection des droits de la Femme.
- Être en mesure d’élaborer et d'évaluer un cadre logique orienté sur le respect de la différence, de l’égalité et du développement de la jeunesse.


Programme :

Samedi 10 décembre 2016/2966:

10h : Ouverture officielle du 1 er Forum National des Amazighs du Maroc :

Allocution de bienvenue et déclaration d’ouverture du colloque.

Allocutions des personnalités invitées.

 

10h à 13h : Atelier sur la jeunesse et la défense des droits humains.

Assuré par : Dr. Abdellah El Haloui, de l’Université de Marrakech

 

15h00 : Table ronde sur le thème : «La situation des droits humains au Maroc après cinq de la reconnaissance de la constitutionnalisation de l’Amazighe».

Avec la participation de :

Dr. Mohamed Chtatou, anthropologue.

Maître Mounir Benlakhdar, avocat au barreau de Rabat

Et M. Rachid Raha, président de l’Assemblée Mondiale Amazighe.


Dimanche 11 décembre :

9h30 – 14h00:  Atelier sur la formation des droits de la femme.

Assuré par : Mme. Souad Benkachouh, présidente du Réseau des Associations de Développement de la province d’Al-Hoceima.

Edition Maroc
Catégories: Flux d'infos amazighes

Abdelkrim El Khattabi, les révolutions cubaine et algérienne ?

Amazigh 24 portail berbère - ven, 2016-12-02 10:16
Abdelkrim El Khattabi, les révolutions cubaine et algérienne ? Rachid RAHA ven 02/12/2016 - 10:16
Catégories: Flux d'infos amazighes

Détenus Mozabites en Algérie - Les Amazighs demandent à l'ONU d'intervenir

Amazigh 24 portail berbère - ven, 2016-11-25 12:24
Détenus Mozabites en Algérie - Les Amazighs demandent à l'ONU d'intervenir

L'Assemblée Mondiale Amazighe a adressé une demande urgente au Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies pour qu'il intervienne sur la dramatique situation des détenus Mozabites en Algérie et d’exiger leur libération immédiate

A Son Excellence,

M. Ban Ki-moon,

Excellence,

Permettez-nous de vous rappeler que notre ONG vous a interpellé, en tant que  Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies, à propos de la question des flagrantes violations des droits humains des citoyens amazighs dans la région du Mzab, juste avant votre visite officielle en Algérie, le 6 mars dernier, qui s’est caractérisée par votre incompréhensible silence sur cette grande question des violations des droits les plus élémentaires des citoyennes et citoyens amazighs de la région du Mzab, déclarée patrimoine universel de l’Humanité par l’UNESCO (voir Amazigh 24 : www.amazigh24.com/sites/default/files/ama_rapport_mzab_nov15.pdf ).

Excellence,

Nous avons le plaisir d’appeler de nouveau votre attention en vous assurant que les autorités algériennes, au lieu de respecter la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, violent délibérément les droits humains au Mzab (et dans d’autres régions amazighophones comme la Kabylie), en continuant à détenir injustement des dizaines de militants des droits humains dont notre représentant le Dr. Kameleddine Fekhar et ses compagnons, victimes de fausses accusations dont celles d’atteinte à l’intérêt national et outrage à corps constitué. Le gouvernement algérien continue à mèner une politique génocidaire à l’encontre du peuple mozabite, en soutenant la communauté arabophone «Chaânba » qui agresse continuellement la communauté autochtone amazighe. N’oubliant pas que ces derniers ont provoqué l’assassinat de plus d’une trentaine de personnes en sus de plus d’une centaine de blessés…

Nous vous informons que Dr. Kameleddine Fekhar et ses compagnons viennent d’entamer de nouveau une nouvelle grève de la faim à partir du 15 novembre, qui pourraient aboutir soit à leur mort, si vous n’agissez pas, soit à leur libération. Sachant que les déclarations d’Ammar Saadani,  Secrétaire Général du FLN qui vient d’être obligé de démissionner par un président mort-vivant, accuse directement l’implication de l’ancien chef de la DRS, des services secrets militaires, le Général Mohamed Médiène dit « Taoufik », dans ces tragiques événements de Ghardaïa de 2013 à 2015.

Au lieu de déployer leurs efforts à protéger les personnes et leurs biens matériels et de traduire en justice les responsables, les agents des autorités algériennes (polices, gendarmes et agents de renseignements) ne cessent de violer tous les instruments internationaux des droits humains et de piétiner toutes les lois nationales et conventions internationales, en se comportant malheureusement comme une force d’occupation, insensible aux appels des ONG internationales (Amnesty International, Human Rights Watch, FIDH…), et aux institutions européennes (Union Européenne, Ambassade de Belgique…)…

Excellence,

Nous vous réitérons notre exigence à réagir suite à notre alerte, avant la fin de votre mandat, afin  d’exiger la libération immédiate de Dr. Kameleddine Fekhar et de tous les prisonniers politiques mozabites et obligez par conséquent, les autorités algériennes à se conformer au droit international,  d’arrêter une fois pour toute leur politique d’agression à l’encontre du peuple amazigh et plus particulièrement du peuple mozabite, et de procéder à la constitution d’une commission d’enquête des Nations Unies sur ce drame humain.

En vous remerciant de votre diligence, veuillez agréer, Excellence, l’assurance de ma considération fort distinguée.

Signé: Rachid RAHA

Président de l’Assemblée Mondiale Amazighe

Stéphane ARRAMI ven 25/11/2016 - 12:24
Catégories: Flux d'infos amazighes

Détenus Mozabites en Algérie - Les Amazighs demandent à l'ONU d'intervenir

Amazigh 24 portail berbère - ven, 2016-11-25 12:24

L'Assemblée Mondiale Amazighe a adressé une demande urgente au Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies pour qu'il intervienne sur la dramatique situation des détenus Mozabites en Algérie et d’exiger leur libération immédiate

Catégories: Flux d'infos amazighes

Imazighen : la persistance d'une civilisation

Amazigh 24 portail berbère - mer, 2016-11-23 10:53
Imazighen : la persistance d'une civilisation Ali KHADAOUI mer 23/11/2016 - 10:53
Catégories: Flux d'infos amazighes
Pages
S'abonner à Kabyle.com agrégateur - Flux d'infos amazighes